jeudi 8 juin 2017

Fractal Universe - "Engram of Decline" (2017)


(Par Inquisitor)


Parution : Format : Label : Univers : Pays :
14 avril 2017 LP Kolony Records Progressive/technical death metal France (Nancy)


Fractal Universe - Engram of Decline (2017)
Track-list :

1) Premiss to Reality
2) Sons of Ignorance  YouTube
3) Scar Legacy of Hatred
4) Parricidal Ghosts
5) Venomous Coils of a Holy Fallacy
6) Backworldsmen
7) A Name to Deny
8) Narcissistic Loop
9) Decline
10) Collective Engram




Line-up de l'album :

Hugo Florimond : Guitare.
Valentin Pelletier : Basse.
Clément Denys : Batterie.
Vince Wilquin : Guitare, voix.


Membres additionnels :

Jorgen Munkeby (Shining) :
Saxophone (sur Backworldsmen). Michael Keene (The Faceless) :
Solo de guitare (sur Collective Engram). Jean-Marc Florimond :
Saxophone (sur Collective Engram).

Si le nom de Fractal Universe ne vous dit rien, c'est normal : le groupe est encore plutôt jeune et possède une discographie restreinte. Avant ce "Engram of Decline" sorti en avril 2017 chez Kolony Records, seul un EP nommé "Boundaries of Reality" avait été enregistré par le quatuor nancéien. Une première mouture qui n'était pas exempte de défauts (en particulier au niveau de sa production) mais qui permettait déjà de se faire une idée du niveau de la bande. Oubliez ça : ils ont beaucoup progressé depuis.

Gagnants du tremplin Headbang Contest qui leur avait permis de fouler la scène du Motocultor en 2016 (aux côtés de GaidjinN... ugh), c'est lors dudit festival que j'ai découvert Fractal Universe. Show très carré, groupe à l'aise sur scène avec des compositions riches et techniques. C'était que du bon, en soi ! J'ai gardé un œil sur le groupe, ça a fini par payer : sortie du premier album sans soutien de quelconque label, et sans même passer par la case du financement participatif.

Décoré d'un artwork réussi réalisé par Shad (à qui on peut également attribuer la création de l'artwork de l'EP "Boundaries of Reality") dans un style particulier qui me rappelle les artworks de Jeff Grimal (The Great Old Ones), "Engram of Decline" propose 10 titres pour une durée totale proche d'une heure. On est donc plutôt dans la moyenne des albums de prog death, bien que celui-ci soit particulièrement généreux. Et heureusement, particulièrement réussi également.

J'espère que vous aimez le death technique, car vous allez en bouffer ! Fractal Universe ne lésine pas sur les signatures rythmiques tordues et les riffs jazzy. Très clairement inspirés de maîtres du genre que sont Obscura et Gorod, les gars de Fractal assurent à fond mais ont encore quelques difficultés à s'éloigner de leurs modèles. En effet, à de nombreux moments lors de l'écoute, on remarque de nombreuses similitudes avec les groupes sus-nommés dans la façon d'agencer les riffs, les ponts et les solos. Ces derniers crient d'ailleurs leur lien de parenté avec Gorod.




Mais souvent, Fractal Universe s'éloigne de l'univers du Death metal pour rejoindre les douces prairies de la musique progressive. Dans ces moments-là, on pense notamment à Opeth notamment pour les quelques mesures de guitare acoustique (Venomous Coils of a Holy Fallacy, Blackworldsmen, Sons of Ignorance) et à la vibe de Vektor quand les choses sont un peu plus agitées (notamment sur Premiss to Reality). Et à l'inverse lorsque Fractal Universe embrasse ses racines Death, le groupe va fouiller chez Morbid Angel avec ses dissonances groovy (Parricidal Ghosts).

Cependant, résumer la musique de Fractal Universe à un patchwork d'influences serait très malhabile. Il est vrai que les groupes favoris de nos chers Nancéiens sont présents dans leur univers musical, mais "Engram of Decline" possède une vraie personnalité et quelques très bonnes idées. Je pense surtout à l'intervention du saxophone sur Blackworldsmen du saxophoniste Jorgen Munkeby (Shining) plutôt inattendue et audacieuse ; les chœurs et chants diphoniques qui instillent une noirceur dans Parricidal Ghosts et Scar Legacy of Hatred ; la construction de l'album autour de Ainsi parlait Zarathoustra qui dépeint l'histoire de la pensée humaine.

En une heure, "Engram of Decline" fait beaucoup de choses et se voit couronné de succès. On peut reprocher au disque ses influences trop marquées et son mix un peu faible qui manque de présence dans les graves, mais rien de plus. Ce premier album de Fractal Universe est extrêmement ambitieux et le risque de se casser les dents sur un tel morceau était présent. Grâce à une bonne dose de talent et une quantité colossale de travail, "Engram of Decline" se trouve être un album très réussi aux multiples facettes, possédant une grande dynamique et un large panel musical.

Mai 2017,
Rédigée par Inquisitor.


Fractal Universe


Liens officiels

Où se procurer l’objet ?

Kolony Records (Discogs)

Bandcamp (du groupe)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...