mardi 28 février 2017

Svart Crown - "Abreaction" (2017)


(Par Inquisitor)


Parution : Format : Label : Univers : Pays :
3 mars 2017 LP Century Media Records Black/Death metal France


Svart Crown - Abreaction (2017)
Track-list :

1) Golden Sacrament
2) Carcosa
3) The Past: To the Devil His Due
4) Upon This Intimate Madness
5) Khimba Rites  YouTube
6) Tentacion
7) Orgasmic Spiritual Ecstasy
8) Transsubstantiation
9) Emphatic Illusion
10) Lwas
11) Nganda


Line-up de l'album :

JB Le Bail : Voix, guitare.
Ludovic Veyssière : Basse.
Kévin Paradis : Batterie.
Kévin Verlay : Guitare.

Membres additionnels :

Aucun.





Après un crochet par l'Australie, retour en France avec la vilaine bande de Svart Crown. Cinquième sortie et quatrième album, "Abreaction" sort quatre ans après le superbe "Profane" qui était lui-même dans la continuité de "Witnessing the Fall". Les deux précédents albums de nos chers Français étant, pour ma part, de franches réussites, j'attendais beaucoup de cette nouvelle galette. Svart Crown fait partie de la prestigieuse scène Black Metal, mais aussi de la solide mouvance Death Metal. La recette fonctionnant bien dans leurs dernières sorties, le quatuor n'a pas dévié de sa route. Mais alors, "Abreaction" est-il un simple patchwork de la musique déjà écrite par le groupe ?

J'ai quand même un peu envie de répondre « oui ». Mais ce n'est pas aussi simple, vous vous en doutez. On imagine déjà à la pochette réalisée par Stefan Thanneur (responsable de l'artwork de "Profane") que quelques saloperies vaudou sont venues s'incruster sur l'album. Crânes, os et masques font office d'avertissement. Vous qui ouvrez ce boîtier, c'est à vos risques et périls...


Svart Crown, en bon groupe de BM qui se respecte, a toujours instauré des ambiances. Dans une certaine mesure bien sûr, la musique du groupe restant majoritairement véloce et directe. Sur "Abreaction", on sent que les musiciens ont voulu accentuer cet aspect de leur univers musical. Cela s'appuie sur plusieurs points, à commencer par la durée de l'album : presque cinquante-cinq minutes ! Soit dix bonnes minutes de plus que leur moyenne. Les compositions sont généralement plus longues, avec des riffs répétés pendant plus longtemps pour créer une ébauche de rituel malsain. On compte aussi plus de mid-tempos (Khimba Rites, Orgasmic Spiritual Ecstasy) et quelques percussions tribales (Khimba Rites encore une fois, Tentacion). J'ai bien l'impression que Svart Crown a puisé plus profondément dans les racines du Black Metal que lors de ses opus antérieurs.

Svart Crown

Tout le concept de "Abreaction" tourne donc autour de la culture vaudou, comme en témoignent les sonorités de certains titres (Khimba Rites, Lwas – qui sont les esprits dans la religion vaudou – Nganda). Svart Crown continue donc le travail effectué sur "Profane" avec ce qui n'est pas réellement un concept-album, mais un univers bien défini dans lequel évoluent les musiciens. Le résultat est une cohérence entre les titres, qui ne jurent jamais les uns par rapport aux autres. Ni en sonorités, ni en qualité. Du début à la fin, Svart Crown nous transportent dans leur album, un voyage initiatique assez glauque mais tout de même très plaisant.

« Mais alors si y'a des mid-tempos et pis des trucs avec des ambiances, Svart Crown c'est devenu chiant ? », me demanderez-vous. Hé bien non ! Même s’il est vrai que "Abreaction" prend plus son temps que ses grands frères, on a toujours droit à des riffs brutaux et des blasts épileptiques délivrés par M. Paradis. On entend aussi très bien un peu de Morbid Angel sur certains titres (l'intro de The Pact: To the Devil His Due tout particulièrement), signe que Svart Crown reste encore attaché à ses influences Death Metal. Ces instants-là sont d'ailleurs efficaces mais souffrent d'un léger manque d'inspiration.

Je vais aborder l'aspect technique sans trop m'éterniser dessus. Car c'est propre, carré, nickel. Les guitares, la batterie, la basse, rien ne dépasse. Je n'ai volontairement pas cité la voix, car je voulais parler de la variété du registre de JB Le Bail. Bien que le bonhomme utilise majoritairement un chant très écorché typiquement Death, il nous gratifie aussi d'un chant crié du plus bel effet sur Transsubstantiation et de quelques chœurs sur Khimba Rites. Le tout sonne très bien dans une production tout à fait adaptée à la musique de Svart Crown, assez organique et dynamique tout en restant moderne. Rien à redire là-dessus.




Maîtrisé de bout en bout, "Abreaction" est une franche réussite. Et pourtant, j'ai eu beaucoup de difficultés à parler de cet album. Il ne me plaisait pas, au départ. Mais ça m'embêtait franchement d'en dire du mal, je ne sais pas pourquoi. J'ai insisté, je l'ai écouté un bon paquet de fois. Cependant, je pense que malgré les apports que j'ai mentionnés plus haut, "Abreaction" est un peu trop similaire à "Profane" à mon sens. Alors certes, c'est un très bon album, mais ça ressemble vraiment trop à du Svart Crown comme on l'a déjà entendu. Et puis, mais ça c'est tout à fait personnel, "Abreaction" souffre de l'inévitable comparaison avec "Verses of Fire", album parfait de Temple of Baal et qui fait office pour moi de mètre étalon en matière de Black/Death.

Svart Crown s'en sortent tout de même vraiment bien avec ce "Abreaction" qui va résonner dans quelques salles en France en février et mars, le groupe partant en tournée avec Benighted pour que chacun fasse la promotion de son nouvel album. Bien sûr, il est interdit de rater une date pareille. Et il serait aussi dommage de passer à côté de "Abreaction", bien belle sortie en ce début d'année 2017.


Février 2017,
Rédigée par Inquisitor.


Svart Crown


Liens officiels

Où se procurer l’objet ?

Bigcartel (merchandising officiel)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...