jeudi 8 décembre 2016

Virvum - "Illuminance" (2016)


(Par Inquisitor)


Parution : Format : Label : Univers : Pays :
16 juin 2016 LP Indépendant Death Technique Suisse


Virvum - Illuminance (2016)
Track-list :

1) The Cypher Supreme
2) Earthwork
3) Illuminance
4) Ad Rigorem
5) Tentacles of the Sun
6) Elemental Shift
7) I: A New Journey Awaits
8) II: A Final Warming Shine: Ascension and Trespassing



Line-up de l'album :

Bryan Berger : Chant.
Nic Gruhn : Guitares.
Groftoby Koelman : Guitares.
Diego Morenzoni : Batterie.

Membres additionnels :

Arran McSporran : Basse.





Première chronique d'un groupe suisse pour ma part, et c'est Virvum qui a l'insigne honneur de remplir ce rôle. Formation de Death technique composée de 4 inconnus de la scène Death metal (hormis Nic Gruhn qui a un peu tourné avec Fallujah) existant depuis 2007, c'est bien en 2016 que sort le premier album de Virvum, le bien nommé "Illuminance". On peut dire qu'ils ont pris leur temps !

Démarrant sur les chapeaux de roue, "Illuminance" se paye un court morceau d'introduction de deux minutes, Cypher Supreme, qui nous présente à merveille l'univers musical du groupe. On comprend très vite le style des Suisses : rapide, précis, technique, brutal mais parfois très lumineux. Les différentes compositions sont portées par cette formidable capacité qu'ont les musiciens à voyager entre deux mondes : la lumière et les ténèbres.

Par ailleurs, cette dualité élémentaire est parfaitement représentée par l'artwork qui orne la pochette de "Illuminance". Tantôt inquiétante et dissonante (imaginez The Faceless à l'époque "Planetary Duality" ou encore Beyond Creation), tantôt brillante et curieusement chaleureuse (comme certains passages chez Gorod ou Obscura) : la musique de Virvum alterne à merveille entre ces deux plans.

Les transitions d'un univers à l'autre sont assurées par des breaks alambiqués, articulés autour de changements de tempos et de mesures asymétriques. Bien que "Illuminance" soit avant tout un album organique et naturel, il est également extrêmement technique. En témoignent les signatures rythmiques, mais aussi la vélocité des morceaux et la perfection d'exécution des parties instrumentales. Les leads des guitares sont tout bonnement excellents, les musiciens usant et abusant de riffs en tapping décidément proches de ce qu'ont fait Beyond Creation dans le superbe "The Aura". Autre similitude avec la formation canadienne : la basse bien groovy, même si moins présente que celle de Dominic Lapointe.

En tant que groupe de Death technique, les Suisses flirtent régulièrement avec des sonorités progressives comme on pouvait s'y attendre. N'hésitant pas à jouer sur les contrastes, Virvum ont inclus des parties de guitares clean et quelques cuivres dans I: A New Journey Awaits. On retrouve également une certaine asymétrie au niveau de la durée des titres : de 2 minutes 41 à 10 minutes 27 (en excluant la septième piste, qui fait office d'introduction à la suivante) ! De cette façon, les morceaux les plus longs que sont Illuminance et II: A Final Warming Shine–Ascension and Trespassing sont naturellement mis en avant dans le disque. Et c'est une très bonne chose.




L'ensemble de "Illuminance" est très, très bon, c'est une évidence. Mais les morceaux suscités sont bien au-delà du « bon ». Réussir à créer de telles choses est rarissime et prouve que Virvum est capable de tutoyer la perfection en matière de Death technique. Réussir à inclure, dans un seul et même morceau : des sweeps mélancoliques, une ballade mystérieuse et des breaks qui ne feraient pas tâche chez Kraanium, c'est un tour de force. "Illuminance", c'est la représentation de  l'incroyable majesté de la nature dans toute sa splendeur.

Habituellement, j'écoute les albums que je dois chroniquer trois fois. J'ai sans doute fait tourner "Illuminance" une dizaine de fois avant d'oser écrire quoi que ce soit dessus. Je voulais rendre hommage à cette œuvre brillante, réalisée par des musiciens brillants. Parfaite démonstration de la technique au service de la beauté, ce "Illuminance" se place pour ma part comme un mètre étalon en matière de Death technique. 2016 touche à sa fin et nous avons ici un candidat très sérieux pour le titre d'album de l'année. Mais il restera très certainement encore longtemps dans la légende et promet à Virvum un avenir radieux.


Octobre 2016,
Rédigée par Inquisitor.


Virvum



Liens officiels
Où se procurer l’objet ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...