vendredi 3 juin 2016

Vektor - "Terminal Redux" (2016)


(Par Inquisitor)


Parution : Format : Label : Univers : Pays :
6 mai 2016 LP Earache Records Thrash Metal Etats-Unis


Vektor - Terminal Redux (2016)
Track-list :

1) Charging the Void
2) Cygnus Terminal
3) LCD (Liquid Crystal Disease)
4) Mountains Above the Sun
5) Ultimate Artificer
6) Pteropticon
7) Psychotropia
8) Pillars of Sand
9) Collapse
10) Recharging the Void



Line-up de l'album :

David DiSanto : Guitare, chant.
Erik Nelson : Guitare.
Frank Chin : Basse.
Blake Anderson : Batterie.


Membres additionnels :

RoseMary Fiki et Naeemah Z. Maddox :
Choeurs (sur Charging the Void et Recharging the Void).



Les chroniques de Thrash se font très rares sur Psychopathia, d'où la nécessité de parler d'un groupe qui en vaut la peine. Une valeur sûre, solide. Un groupe à la réputation sans tâche, que ce soit en studio ou sur scène. Oui, je vous parle bien de Vektor !

Formation active depuis 2004 et nous ayant déjà gratifiés de deux albums ("Black Future" en 2009 et "Outer Isolation" en 2011), les Américains remettent le couvert en mai 2016 avec le bien nommé "Terminal Redux". Comme dit plus haut dans cette chronique, Vektor c'est à chaque fois un gros pain dans la gueule. Le groupe allie la sauvagerie et la vélocité du Thrash à la technique et la mélodie du Prog. Des musiciens irréprochables et jamais en panne d'inspiration, dont la légende dit qu'ils peuvent jouer les morceaux en live aussi bien que sur disques. Nous verrons cela cet été au Motocultor Festival. D'ici là, concentrons-nous sur le troisième opus de nos amis thrasheux.

Le premier extrait sur lequel j'étais tombé (Ultimate Artificer il me semble) ne m'avait pas convaincu. J'avais laconiquement commenté sur Facebook : « C'est Vektor qui fait du Vektor », à quoi on m'avait répondu : « C'est sûr qu'ils ne font pas du Aznavour ». Certes. Je n'étais pas donc pas très emballé. MAIS... J'ai écouté LCD (Liquid Crystal Disease) quelques jours plus tard : j'ai alors eu l'immédiate certitude que "Terminal Redux" serait, comme ses prédécesseurs, en lice pour le titre d'album de l'année.
Fondamentalement, rien n'a changé dans Vektor : on retrouve les cris écorchés de DiSanto, les guitares accordées un ton plus aigu que le Mi standard, les tempi rapides et bien sûr des morceaux à rallonge aux structures alambiquées. À ma connaissance, Vektor est l'unique groupe dans le style, ou du moins l'unique groupe à réussir aussi bien la recette.

Les petits gars ont quand même mis cinq (longues) années à pondre une suite à "Outer Isolation", et ils n'ont rien apporté de nouveau ? Mensonge, trahison ! Je suis mauvaise langue. Les bases sont là, bien sûr, mais sont renforcées par de nouvelles idées comme des chœurs féminins sur le premier et le dernier morceau de l'album. Et ça marche. On trouve aussi vers la fin de "Terminal Redux" une ballade que je qualifierais de (attention) : « Power Thrash progressif ». À l'image de Watain qui en avait surpris plus d'un avec le morceau They Rode On sur l'album "The Wild Hunt", Vektor joue la carte de la mélancolie. Par ailleurs, on remarque une réelle réflexion dans la construction de l'album : "Terminal Redux" commence doucement avec les chœurs et samples de Charging the Void, puis les riffs presque jazzy/funky de Cygnus Terminal. Deux morceaux très longs (respectivement 9'11 et 8'15) définitivement plus portés par les influences progressives de Vektor. Et, en troisième position de l'album, LCD.


Vektor

Ouille. La violence monte d'un cran avec ce morceau au pouvoir destructeur immense. Les Américains ont su parfaitement allier l'efficacité primaire du Thrash avec des mélodies plus développées, une rythmique moins débile qu'un « tchouka tchouka ». On atteint des sommets en matière de composition, de puissance, de maîtrise des riffs. Vektor ont décelé l'essence même du Thrash, et l'ont distillée pour l'incorporer dans leurs digressions mélodiques presque baroques. Impossible de rester de marbre à l'écoute de la troisième composition de "Terminal Redux".

On reprend son souffle avec Mountains Above the Sun, qui marque une rupture avec la suite du disque qui se veut plus compacte, plus directe, plus véloce. Plus Thrash, tout simplement. Peu de choses à dire sur le milieu de l'album : ça tabasse. C'est du Vektor comme on le connaît, comme on l'a entendu dans le passé. Nos cervicales subissent, mesure après mesure, la fureur du quatuor américain. Si je voulais faire preuve de cynisme, je dirais que pendant trois morceaux, le groupe est un peu en roue libre et qu'il nous donne pas plus que ce qu'on attend. Mais c'est tout de même nettement plus que ce que peuvent offrir les autres formations du style ; laissons de côté cette remarque de chroniqueur aigri.

De la bagarre, donc. Ce n’est pas plus mal. Mais revenons à ce que je disais précédemment quant à l'agencement des morceaux dans l'album. Le milieu de l'album est ainsi l'apogée en termes de vitesse et de violence. Les morceaux sont bien entendu plus courts (encore que 5 minutes pour du Thrash, ça reste long) et ont moins tendance à la digression. Puis survient la fameuse ballade, Collapse qui ralentit considérablement la cadence et nous met en condition pour Recharging the Void, chef-d'œuvre de fin d'album comme savent le faire Vektor. À noter que Pillars of Sand est un excellent morceau-pivot qui permet de faire la bascule du changement de rythme, tout comme LCD (Liquid Crystal Disease) dont j'aurai définitivement trop parlé dans cette chronique.

Les 23 dernières minutes de l'album (soit un bon tiers) sont donc monopolisées par seulement deux morceaux, qui représentent l'univers musical de Vektor. À la fois épiques, vicieux et complexes, Pillars of Sand et Recharging the Void sont deux preuves supplémentaires de l'éminence de Vektor par rapport aux autres groupes du même style. Taclant d'un seul coup toute la scène Thrash et Prog, "Terminal Redux" respire la maturité et l'excellence. C'est une œuvre née de nuits blanches, de crampes et de bières fraîches. Il est difficile de concevoir la quantité de travail qu'ont dû fournir Vektor pour délivrer un tel album. Alors la seule chose qu'on puisse faire pour les remercier, c'est d'acheter l'album en quatorze exemplaires, et d'aller apporter notre soutien lors des concerts.


Mai 2016,
Rédigée par Inquisitor.


Vektor


Liens officiels

Facebook

Bandcamp (album en écoute intégrale)


Où se procurer l’objet ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...