mardi 5 avril 2016

Toothgrinder - "Noctural Masquerade" (2016)


(Par LeMasc)


Parution : Format : Label : Univers : Pays :
29 janvier 2016 LP Spinefarm Records Metal Progressif Etats-Unis (New Jersey)


Toothgrinder - Noctural Masquerade (2016)
Track-list :

1) The House (That Fear Built)  YouTube
2) Lace & Anchor  YouTube
3) Coueur d’Alene
4) I Lie in Rain
5) Blue  YouTube
6) The Hour Angle  YouTube
7) Dance of Damsels
8) Diamonds for Gold  YouTube
9) Nocturnal Masquerade
10) Dejection/Despondency
11) Schizophrenic Jubilee
12) Waltz of Madmen


Line-up de l'album :

Matt Arensdorf : Chant/Basse.
Justin Matthews : Chant.
Jason Goss : Guitare.
Wills Weller : Batterie.


Membres additionnels :

Aucun.






Il aura fallu environ 6 secondes d’intro avant qu’une débauche de puissance déboule dans mes esgourdes… chant explosif, gros son et riche par-dessus le marché. Pleins de petites sonorités, et un niveau technique de guitares plus que raisonnables vu le peu de connaissances que j’ai dans le domaine. Il y a même un chant clair, impressionnant.




Lace & Anchor, toujours ce son de guitare assez impressionnant mais qui se barre sur des sentiers qui me rebutent un peu en général, et jusqu’ici moi qui cherchais pourquoi Toothgrinder était classé dans le metal progressif… Et bien tout prend un sens à partir du moment où on y accorde du temps… Bref tout ça pour dire que je confirme bien ma non-addiction à ce genre, et surtout à cette sonorité de guitare qu’on assimilerait facilement à un clavier.




Le problème (ou l’avantage tout dépend comment on se place) avec le progressif, c’est qu’ils sont tellement fort techniquement qu’ils arrivent à vous coller des plans qui en général ne s’accordent pas forcément ensemble, mais qui – quand on en use avec parcimonie – peuvent prouver leur efficacité.

Sur Coueur d’Alene  par exemple, le plan de break, qui intervient un peu avant la mi-morceau, groove tellement qu’on ne croit plus écouter le même groupe pendant un instant. Même chose pour I Lie in Rain, on se retrouve en pleine balade avec des chœurs plutôt violents, des breaks de malade alors que le morceau aurait pu sonner clairement comme du Linkin Park (cela dit j’aime bien LP).

Mais ce que je préfère ce sont les plans metalcore qu’utilise le groupe, comme sur Blue, gros riffs parsemés de breaks assassins ; et là, tac, contrepied, chant clair, puis, tous les instrus en clairs aussi, style on fait dans l’acoustique aussi, et paf ça repart gros son, gros chant, solo, re-break, quelle richesse dans l’organisation du morceau… Du progressif, c’est comme ça que ça devrait être tout le temps… pas comme Dream Theater qui me fatigue la tête par sa complexité…




Du coup, même motif, même punition pour The Hour Angle, la richesse des plans choisis et mis bout à bout pourraient surprendre un novice, et j’avoue qu’une seconde j’aurai cru que ça pouvait marcher et être aussi efficace. On ressent plusieurs influences dans le style, mais que quelques secondes, ou juste un accord de gratte genre Slipknot sur le morceau précité… Du coup, on arrive à mi-album et je suis toujours vivant et pas envie de changer de disque, c’est dire…




L’album est vraiment riche, et les deux chanteurs s’accordent vraiment sur les parties claires, donnant vraiment du relief et de l’ampleur à celles-ci, faisant passer le chant hurlé comme vraiment accessible, Diamonds For Gold.




L’ensemble des harmonies et des refrains vous reste dans le crâne de façon impressionnante, je suis bluffé… Save yourself !!! Schizophrenic Jubilee, et oui, oui, bluffé, il est temps de me sauver car je m’égare quelque peu. Et pour ceux qui me connaissent n’ayez crainte, je ne lâcherai mes bases grind et death, mais l’ouverture d’esprit est un gage d’intelligence, du coup je crois que j’ai encore mûri musicalement…

L’ordre des titres quant à lui est plutôt judicieux car on ne s’aperçoit pas forcement avoir changé de morceau, et vu de l’ensemble l’alternance des différentes parties – que ce soit calme, violent, groove ou mid-tempo – en font un album complétement digeste pour un style ne faisant pas des émules pour ma part. Je suis vraiment convaincu par cet album et il fait partie des albums présents sur ma clé USB spéciale voiture, ce qui est quand même un gage de qualité ! Un peu comme le guide Michelin pour les restos, ben là, c’est le guide LeMasc !

A découvrir absolument, surprenant et limite envoûtant.


Mars 2016,
Rédigée par LeMasc.


Toothgrinder


Liens officiels


Où se procurer l’objet ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...