vendredi 8 janvier 2016

Abhorrent - "Intransigence" (2015)


(Par Inquisitor)


Parution : Format : Label : Univers : Pays :
20 novembre 2015 LP Willowtip Records Death Metal/Technical Death Metal Etats-Unis


Abhorrent - Intransigence (2015)
Track-list :

1) Passage
2) The Elegance of Asymmetry
3) Ifrit
4) Reward system malfunction
5) Clarity of Will
6) A Lightness of Mind
7) Ill-Conceived
8) Eternal Recurrence
9) Larva
10) Parasite



Line-up de l'album :

Lyle Cooper : Batterie.
Erlend Caspersen : Basse.
Nick Brown : Chant.
Marlon Friday : Guitare.

Membres additionnels :

Aucun.





Les plus vifs d'esprit d'entre vous auront tiltés à deux reprises après avoir vu le line-up d’Abhorrent, groupe de Tech Death Metal venu tout droit des U.S., et qui a sorti le 20 novembre son premier album. Oui, oui, le premier. Vous comprendrez dans la suite de cette chronique que j'ai été très, très, très impressionné par le niveau de ce "Intransigence". Pour revenir sur le line-up, il est composé entre autres d’Erlend Caspersen à la basse, qu'on peut entendre chez Spawn of Possession, et de Lyle Cooper derrière les fûts qui a joué avec The Faceless. Autant dire que dans le CV, ça pèse !

J'ai découvert Abhorrent au cours de mes pérégrinations sur les réseaux sociaux, et dès la première écoute j'ai eu le même feeling que j'avais ressenti à la découverte de "Promulgation of the Fall", un album de Death tout bonnement génial et jouissif au possible sorti l'an dernier par les Grecs de Dead Congregation. J'étais conquis au bout de 3 compos, pas besoin de plus. Les suivantes ne servent qu'à enfoncer le clou. Au marteau-piqueur.

C'est bien simple : "Intransigence" réunit tous les éléments nécessaires pour réaliser un album de Tech Death irréprochable. Quels sont-ils ? Et bien, en premier lieu, c'est techniquement nickel, parfait, carré, en place. Bon, ça, merci, on s'en serait un peu douté. Et puis, vu les bourrins présents dans le projet, le contraire aurait été étonnant. Ensuite, Abhorrent nous offre des compositions de très haute volée : des riffs excellents allant piocher chez Suffocation, Gorguts ou Obscura parfois, de superbes accélérations qui vous feront sortir les yeux de leurs orbites, des mid-tempos malsains où la basse et la guitare se cherchent et s'entremêlent pour développer de terribles mélodies. Un batteur incapable de tenir la même rythmique plus de 2 mesures, ou plutôt capable de ne pas le faire. Petit point sur le chant, qui lorgne clairement plus du côté Brutal Death, mais qui s'insère sans problème dans la musique d’Abhorrent grâce à un mix qui fait la part belle à l'ensemble instrumental.

Et puis, bien sûr, une prod' d'enfer qui sublime la musique des Américains. Je vous le dis, cet "Intransigence" c'est l'enfer dans vos oreilles pendant trente-huit minutes. Et c'est encore plus surprenant puisqu'il s'agit, je le répète, du premier album du quatuor. Arriver à fournir un travail d'une telle maturité, d'une telle complexité, quand bien même on est en présence de musiciens expérimentés... c'est incroyable.

La finesse de la composition de ces gars-là m'impressionne à chaque écoute. Les morceaux comprennent aussi bien de gros riffs Death (voire Brutal Death) qui tabassent à fond, que des instants plus posés où les guitares rentrent plus dans les cordes aiguës et vous asphyxient avec une superposition de mélodies. Et rien ne sépare ces deux « phases » à part un break d'une mesure, tout au plus. C'est là aussi la grande force de cet album : il est très loin d'être « à deux vitesses ». Les tempos sont variés et il arrive que les passages moins délicats soient joués assez lentement, s'inspirant alors du Slam Death, alors qu'un air moins bas du front débarque à plus de 200 BPM. Et inversement, j'entends.

Alors bon, j'ai déjà évoqué la durée de l'album, qui est d'un peu moins de 40 minutes. Certes, ce n'est pas très long mais – pour une œuvre aussi dense que notre "Intransigence" – cela peut paraître étouffant. Mais c'était sans compter sur Clarity of Will, placé à mi-chemin du rite musical. Ce cinquième morceau de l'album est un interlude au piano, d'à peine 90 secondes. Un répit de courte durée qui permet de garder la tête hors de l'eau, rien qu'un instant, histoire de reprendre notre respiration avant de repartir dans les entrailles du disque. Et on a encore droit à une introduction à la guitare acoustique dans Larva. Mais pas d'inquiétudes, ça repart à fond juste après. C'est après avoir s'être reposé les esgourdes qu'on se rend compte à quel point Abhorrent ne fait pas dans la dentelle.

L'album se finit sur Parasite et sa seconde moitié instrumentale, qui invite au passage quelques percussions et flirte de nouveau avec les travaux récents de Gorguts. Une fin d'album un peu moins brutale, comme pour que l'auditeur  puisse se rendre compte de ce qui lui est arrivé. Il vient d'écouter ce qui est peut-être le meilleur album de Death de l'année.

Novembre 2015,
Rédigée par Inquisitor.



Abhorrent


Liens officiels


Où se procurer l’objet ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...