mardi 15 septembre 2015

Rodrigo y Gabriela + The Buns - Live Amiens 2014



Picardie Mouv 2014

Curiosités !

(par Vlad Tepes)



Moment : 22/11/14.
Lieu : Le Zénith (Amiens, 80).


Picardie Mouv 2014 @Zénith, Amiens 22/11/2014


Cela fait presque un an maintenant que j’ai vécu un moment musical que je vis assez peu d’habitude, soit placé sous le signe de la découverte pure. En effet, je me suis laissé guider par ma Fée de Sang pour fouler la salle du Zénith amiénois, visant à rencontrer le duo électrisant Rodrigo y Gabriela sur scène. Cela se passa lors du festival Picardie Mouv, auquel j’assistais pour la toute première fois.

Et oui, comme vous le savez nous sommes placés sous le signe de l’éclectisme chez Psychopathia Melomania, et nous allons vous dérouter une fois de plus avec le récit d’une nuit non-métal… ou presque !

P.S. : Le Picardie Mouv se déroule chaque année sur une semaine complète et en divers lieux, mais nous n’avons assisté ici qu’au samedi 22 novembre…



The Buns_logo
Molly Jin @The Buns, Zénith, Amiens 22/11/2014

Nous sommes arrivés assez tard au Zénith, en plein milieu du set d’un tout autre duo – jusqu’alors inconnus à nos oreilles – nommé The Buns. Composé de deux femmes au look ouvertement années 50, cette formation s’est inventée une histoire autour de Molly Jin et June Cooper, deux secrétaires électrisant les hangars à la nuit tombée grâce à leur guitare et leur batterie ! Cela vous plante le décor d’un univers qu’elles affectionnent (et elles ne sont pas les seules d’ailleurs…).

June Cooper @The Buns, Zénith, Amiens 22/11/2014

The Buns nous auront servi un set assez varié, avec des compositions certes cohérentes mais variant les plaisirs rythmiques. Par exemple Bound nous aura offert une guitare fleurant bon les 50’s, sachant par ailleurs libérer les décibels au moment le plus opportun. Nous vous laissons le découvrir juste ici :




Bien plus catchy, Thrill me up a su nous charmer avec son efficacité aussi bien rythmique que vocale. Car il s’agit bien là d’une constante dans le duo, cette harmonie et complémentarité vocales, permettant d’utiliser tous les avantages d’une si petite formation. Voici donc Thrill me up :




Nous aurons d’ailleurs eu le droit à une cover des Rolling Stones, montrant tout l’amour du duo pour le rock old school, au travers du Miss You de 1978. Offrant une interprétation bien plus intimiste et contrastée que la version originale, The Buns aura réussi le pari de nous faire redécouvrir ce morceau pourtant si connu de tous. Voici donc le très réussi Miss You :




The Buns nous auront servi un rock simple mais bougrement efficace. Ici point de blasts beats ou autres solos interminables, mais plutôt un sens honnête du riff et de la mélodie. Assez harmonieux le duo semble se faire plaisir et exprime une complicité musicale palpable. The Buns pratique un genre musical assez peu risqué certes, mais qui souffrirai d’ennui s’il n’était pas joué de manière juste ! Car voilà le genre de set qui sait faire plaisir aux ouïes attentives ! Et même si cela ne constitue pas une découverte d’avant-garde, j’ai encore le sentiment aujourd’hui d’avoir vu un vrai groupe qui possède son propre univers. De plus l’ambiance des années 50 m’a toujours parlé, et je trouve donc tout à fait pertinent que The Buns s’y plonge à corps perdu.

Molly Jin @The Buns, Zénith, Amiens 22/11/2014
June Cooper @The Buns, Zénith, Amiens 22/11/2014

Un grand merci à nos chères secrétaires Molly Jin et June Cooper…




Après cet excellent concert de The Buns, je passerais sur la torture musicale que fut celui de La Femme, sorte de brit’ pop indigeste, tout juste bonne à satisfaire des adolescents en mal de ce qu’ils pensent peut-être être du "rock". D’ailleurs leur fan-base était venue en masse et présenta une moyenne d’âge assez peu élevée, ce qui nous plongea ma Fée de sang et moi-même dans un énorme moment de solitude. C’est bien dans ce type d’instant que l’on se perçoit comme de(ux) vieux cons…





Rodrigo y Gabriela_logo
Gabriela & Rodrigo @Gabriela & Rodrigo, Zénith, Amiens 22/11/2014

Mais passons aux choses sérieuses avec l’apothéose annoncée de ce soir, le duo mexicain Rodrigo y Gabriela. Ces deux musiciens ne sont pas de stricts inconnus car ils ont officié au début des années 90 au sein d’une formation de thrash métal nommée Tierra Acida (anciennement Castlow).

Rodrigo @Gabriela & Rodrigo, Zénith, Amiens 22/11/2014
Gabriela @Gabriela & Rodrigo, Zénith, Amiens 22/11/2014

Et je dirais que cela se sent, et ce à plusieurs niveaux. Mais avant d’en venir à de telles considérations, je me dois de vous décrire auparavant ce qu’il se passa sur scène ce soir-là. Rodrigo et Gabriela se présentent seuls sur scène, uniquement accompagnés de leur guitare acoustique respective. Et sur des planches aussi étendues que le Zénith d’Amiens, ce fut une véritable prouesse de savoir l’investir, ce qu’ils ont su faire avec brio. Pour eux, nul besoin d’un groupe complet pour remplir l’espace (aussi bien sonore que physique) !

Rodrigo @Gabriela & Rodrigo, Zénith, Amiens 22/11/2014
Gabriela @Gabriela & Rodrigo, Zénith, Amiens 22/11/2014

En termes de compositions, le tout a oscillé entre des sonorités clairement hispaniques et d’autres à l’atmosphère plus électrique. Je parle bien d’atmosphère et non de son, car même avec un son acoustique le duo parvient à créer cette électricité que nous retrouvons dans d’autres genres tels que le métal par exemple. De ce fait, aucun ennui n’est venu pointer le bout de son nez durant cette prestation de presque 1h30, dont vous pouvez retrouver l'intégralité juste ici : 




Rodrigo @Gabriela & Rodrigo, Zénith, Amiens 22/11/2014
Gabriela @Gabriela & Rodrigo, Zénith, Amiens 22/11/2014

Parallèlement aux compositions fleurant bon le soleil brûlant, les influences métalliques sont revenues assez régulièrement avec des reprises assez diverses que Metallica (Orion, Battery), ainsi que War Pigs de Black Sabbath. Ce dernier titre a été joué vers la fin du set et donna lieu à un nouveau grand moment de solitude. En effet, lorsque Rodrigo prit le micro pour chanter cet hymne absolu du heavy métal, la réaction du public (très jeune, comme nous vous l’écrivions précédemment…) fut extrêmement timide, ce qui le décontenança littéralement (et il ne fut pas le seul !). C’est ainsi qu’il décida d’écourter cette interprétation et enchaina sur Creep de Radiohead, ce qui généra une explosion de joie dans le public ! Loin de moi l’idée de vomir sur Radiohead – même si je considère ce titre ainsi que l’opus dont il est issu comme étant ce que le groupe a fait de moins intéressant dans sa complexe carrière – mais il est regrettable de voir qu’un titre FM rencontre bien plus d’engouement qu’un hymne de heavy métal fondateur. C’est bien là où se séparent commerce musical et mélomanie… Pour achever cette anecdote, je pense que Rodrigo et Gabriela ont dû rester très déçus d’une telle réaction du public, car les racines métalliques de leur musique sont évidentes. En effet l’énergie déployée est celle du métal, comme peut le faire dans un tout autre genre Apocalyptica avec leurs violoncelles ; je trouve la comparaison assez pertinente, même si la musique de Rodrigo y Gabriela va encore bien au-delà du métal.

Rodrigo @Gabriela & Rodrigo, Zénith, Amiens 22/11/2014
Gabriela @Gabriela & Rodrigo, Zénith, Amiens 22/11/2014

Vous l’aurez compris, cette prestation fut émaillée d’une grosse déception totalement extérieure au groupe. Car cette prestation fut des plus impressionnantes, apportant des compositions très contrastées, à la fois énergiques et pleines de chaleur. Techniquement le duo n’a rien à prouver à personne et peut allègrement servir de modèle pour tout guitariste digne de ce nom. Et c’est ainsi que je conseille à chaque métalleux de se pencher sur cette incroyable entité qu’est Rodrigo y Gabriela !





Septembre 2015,
Rédigé par Vlad Tepes.


Picardie Mouv Amiens

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...