vendredi 7 août 2015

Skinless - "Only the Ruthless Remain" (2015)


(Par Inquisitor)


Parution : Format : Label : Univers : Pays :
2 juin 2015 LP Relapse Records Death Metal/Brutal Death Etats-Unis (New-York)


Skinless - Only the Ruthless Remain (2015)
Track-list :

1) Serpenticide YouTube
2) Only the Ruthless Remain YouTube
3) Skinless YouTube
4) Flamethrower YouTube
5) The Beast Smells Blood YouTube
6) Funeral Curse YouTube
7) Barbaric Proclivity YouTube



Line-up de l'album :

Sherwood Webber : Voix.
Noah Carpenter : Guitare.
Dave Matthews : Guitare.
Joe Keyser : Basse.
Bob Beaulac : Batterie.

Membres additionnels :

Aucun.






Je dois avouer avoir été particulièrement emballé lorsqu'on m'a proposé de chroniquer cette sortie, car un extrait de l'album (le titre Serpenticide) était disponible assez tôt sur Internet en qualité de teaser de l'album. Et j'avais été soufflé par la qualité du titre, la violence qui s'en dégageait, et qui laissait présager un excellent retour du groupe new-yorkais.

Car l'enregistrement précédent de Skinless datait de juin 2006, soit il y a plus de 8 ans ! Entre temps, on observe un léger changement de line-up puisque Sherwood Webber a pris le micro à la place de Joe Keyser. À part ça, rien n'a bougé. "Trample the Weak, Hurdle the Dead" était un album qu'une qualité tout simplement exceptionnelle en matière de Brutal death, et en huit ans on est en droit de s'attendre à quelque chose qui casse vraiment bien les dents comme il faut. Et bien désolé, mais je pense que vous serez un peu déçus.

Skinless


Alors, oui, c'est vrai Serpenticide, le premier titre de l'album, envoie la sauce vraiment fort pendant deux minutes. Je me suis retrouvé le cul sur ma chaise, soufflé devant tant de haine et de brutalité. J'étais ravi, car le dernier groupe de Brutal Death qui m'avait fait une chose pareille était Wormed avec "Exodromos". Mais, hélas, on déchante bien vite, et ce à partir de la seconde moitié du susnommé Serpenticide. Un break annonce un mid-tempo  qui, à mon sens, arrive bien trop tôt et fait dégonfler le soufflé d'un seul coup. Après ça, le morceau ne décolle plus vraiment.

Deuxième morceau : rebelote avec le break qui scinde le titre en deux parties. Et plutôt que de nous laisser souffler comme après un gros déluge de riffs à 240 BPM, la chose fait plutôt vide car les mid-tempos sont légion dans "Only the Ruthless Remain". Et cela a pour conséquence d'allonger considérablement les compositions : aucun morceau n'est en dessous des 4 minutes, et poussent par deux fois à plus de 6 minutes. C'est regrettable, surtout quand on remarque que les plus longues possèdent toutes la même structure binaire : « riffs – break – mid-tempo – riffs ».  Faire deux morceaux avec un seul aurait eu l'avantage de rendre le tout un peu plus digeste et aurait peut-être allégé le sentiment de répétition.

Skinless

Car on remarque très vite que "Only the Ruthless Remain" manque d'originalité, voire d'inspiration. Les riffs sont assez génériques bien que parfois efficaces, les leads attendus pas suffisamment nombreux. Je me suis rendu compte que j'avais des difficultés à écouter l'album après Flamethrower, le quatrième titre de l'album. On ne s'ennuie pas vraiment, mais l'opus ne nous donne rien de nouveau à nous mettre sous la dent, ni rien d'exceptionnel, et c'est bien dommage.

Il faudra attendre Funeral Curse pour avoir droit à un peu de guitare acoustique, et à une tentative de création d'ambiance. Cela ne fonctionne pas trop mal, mais le tout se casse la gueule en quelques dizaines de secondes à cause de ce foutu riffing Brutal Death US un peu cheapos.

Skinless

Quelques mots sur la production, tout de même : le son est très dense et lourd, mais l'ensemble s'en sort honorablement. Les deux guitares ont chacune leur timbre et un grain bien différent, ce qui permet de les différencier très facilement en plus de grossir le mix. Par contre, j'espère que vous aimez la gratte bien dégueu parce qu'elle passe par-dessus à peu près tout. La caisse claire lutte pour passer par-dessus, le chant se perd parfois un peu dans la crasse de la disto, et on n'entend de la basse qu'un son métallique grave qui ne s'éloigne jamais bien loin de la ligne mélodique des 6 cordes. Un gros bémol : le manque de dynamique tout à fait flagrant qui fatigue les oreilles, en plus de ne pas laisser respirer le mix.

Ce tout nouveau Skinless est donc une petite déception pour ma part, puisque aucun des morceaux proposés ne m'est resté en tête et ce même après trois (voire quatre ?) écoutes. Bien que tout ne soit pas à la ramasse, il est difficile de trouver de vraies qualités à ce "Only the Ruthless Remain" qui prendra certainement de la poussière virtuelle sur l'étagère numérique de mon disque dur.

Juillet 2015,
Rédigée par Inquisitor.



Skinless

Liens officiels


Où se procurer l’objet ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...