mercredi 24 juin 2015

Gruesome - "Savage Land" (2015)


(Par Inquisitor)


Parution : Format : Label : Univers : Pays :
17 avril 2015 LP Relapse Records Death Metal Etats-Unis (Californie)


Gruesome - Savage Land (2015)
Track-list :

1) Savage Land YouTube
2) Trapped in hell
3) Demonized
4) Hideous
5) Gangrene
6) Closed Casket
7) Psychic Twin
8) Gruesome 



Line-up de l'album :

Daniel Gonzalez : Guitare.
Matt Harvey : Chant et guitare.
Robin Mazen : Basse.
Gus Rios : Batterie et guitare.

Membres additionnels :

Aucun.





Hé, j'ai une histoire à vous raconter ! Ce sont quatre larrons amoureux de Death qui décident de faire du revival Death US, et ça a donné Gruesome. Formation juvénile puisque "Savage Land" est leur tout premier album, mais cela n'empêche pas les Californiens de savoir où ils vont, ni ce qu'ils font. Je pense qu'une bonne partie d'entre vous ont dû se retrouver inondés de liens pour écouter des extraits de l'album, disponible depuis un mois maintenant. Hélas, personne n'en a parlé à la télévision, et pas un seul extrait sur NRJ...

Gruesome


À partir de là, deux possibilités : soit vous avez fait confiance à la communauté métalleuse, soit l'artwork vous a quelque peu rebuté et vous avez préféré autre chose. Si vous avez choisi la deuxième option et que vous n'aimez pas le Death metal – en  particulier la musique des débuts de Death – oubliez immédiatement cet album. Car "Savage Land" n'est rien d'autre qu'un hommage aux premiers travaux de Schuldiner. Les riffs sonnent Death, le tempo donne Death, la construction des morceaux sonne Death, période "Leprosy" et "Spiritual healing".

Je vais immédiatement parler du point qui fâche : à l'écoute, impossible de ne pas penser à la formation mythique tellement les similarités sont nombreuses. Gruesome suinte plus Death que Death metal. Il y a pire comme comparaison, certes, mais l'inspiration est à ce point présente qu'on serait tenté d'utiliser des termes peu flatteurs tels que : « repompe », « plagiat », « copie »... Alors que certains groupes arrivent à s'imprégner de diverses influences pour produire quelque chose de nouveau, les gars de Gruesome ont dû simplement retrouver de vieilles tablatures tâchées de bière de Chuck. Mais, d'un autre côté, c'est tout à fait assumé par les musiciens, alors peut-on réellement leur en vouloir ?




Car même si Gruesome manque d'originalité, je mentirai si je disais que l'efficacité est absente de leur galette. Ca tabasse sévèrement, très sévèrement sur absolument toutes les compositions. De la première à la toute dernière seconde, la batterie ne se calme que pour laisser les guitares vomir des riffs maudits aux sonorités 100% Death metal. Les passages en tapping sont tout simplement excellents (l'intro du titre éponyme...). Les solos sont tous réussis même si certains manquent d'inspiration, et la voix de Matt Harvey (également présent dans Exhumed) ne faiblit jamais. Les riffs sont directs et les harmonies malsaines : j'enfonce le clou mais Gruesome a su capter l'essence même de Death pour fournir des morceaux que le Padre n'aurait pas jeté à la poubelle.

Gruesome

Bien sûr, quelques points noirs : l'ensemble tourne un peu en rond notamment à cause des patterns de batterie qui ont une furieuse tendance à se répéter, et aussi aux harmonies des guitares qui sont à chaque fois à la même intervalle. Autrement, carton plein ! Il est également de mon devoir de vous parler du travail de production sur cet album, car il s'agit là d'un atout supplémentaire du disque. Tout sonne merveilleusement bien sans aucune exception (à part peut-être la basse, un poil faiblarde par moments). La batterie a été enregistrée et mixée avec un soin extrême ; rarement un son de batterie n'aura été autant en adéquation avec la musique proposée. Oui, en plus d'avoir les compos early-Death, Gruesome  a le son qui va avec, et pour un groupe de revival ce n'est pas un point à négliger. La production est claire et précise mais sonne résolument old school avec des guitares pleines de terre, une voix écorchée au possible et une basse abyssale.

"Savage Land" est ainsi une sortie remarquable que tout possesseur de "Scream Bloody Gore" se devra s'acquérir les yeux fermés. Quant aux autres, ils y trouveront très certainement leur compte : l'album est efficace et très réussi dans son genre. Petit bémol, donc : à l'écoute on finit par se lasser un peu de ce "Savage Land" qui ne se renouvelle pas et propose les mêmes choses pendant 35 minutes. 

Mai 2015,
Rédigée par Inquisitor.


Gruesome

Liens officiels


Où se procurer l’objet ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...