mercredi 27 mai 2015

Dehuman - "Graveyard of Eden" (2015)


(Par Inquisitor)


Parution : Format : Label : Univers : Pays :
9 mars 2015 (monde)
10 mars 2015 (Etats-Unis)
LP Kaotoxin Records Death Metal Belgique


Dehuman - Graveyard of Eden (2015)
Track-list :

1) Sepulcher of Malevolence
2) Crypts of Blood
3) Obedience to Pestilence
4) Invocation of Sublime Death
5) Cries of Nihility *
6) Temple of Lust and Fire
7) Cerebro Veneficium
8) Ov Madness
9) Goddess of Sins


* LP Bonus track




Line-up de l'album :

Andrea Vissol : Basse, chant.
Rafaël Sellekaerts : Guitare.
Mathias Boulougouris : Guitare.
Laye Louhenapessy : Batterie.

Membres additionnels :

Aucun.





Les Belges de Dehuman sont de retour avec leur second full-length. Le premier, dénommé "Black Throne of All Creation" était sorti dans les bacs en 2012 ; bien que ne manquant pas de bonnes intentions, les gentlemen de Dehuman n'avaient pas frappé si fort que ça dans la scène Death metal moderne. La même année sortait "A Perfect Absolution" de Gorod, "Reign Supreme" de Dying Fetus et "Torture" de Cannibal Corpse : autant dire que le travail des petits gars de Dehuman était passé inaperçu. Sans doute un peu déçu, le quatuor est reparti la queue entre les jambes mais pas les oreilles baissées. Il a même commencé à montrer les crocs...

Bien décidés à montrer ce qu'ils savent faire, Dehuman étoffent leur discographie encore juvénile avec un tout nouveau méfait. Et là, ils se posent bien comme il faut dans la scène Death Metal européenne.

Présenté avec un artwork franchement soigné bien qu'un peu cliché, Dehuman ont fait de leur "Graveyard of Eden" un album qui va tourner un bon moment chez moi ; et peut-être aussi chez vous si vous êtes friands de Death Metal qui sent bon le cadavre sauce revival, avec des relents plus modernes qui nous arrivent tout droit des pays de l'Est. "Graveyard of Eden" cumule les bons côtés des deux courants en mélangeant le tout très savamment, à commencer par le son. La production fait la part belle aux guitares qui ronflent comme chez Entombed, à la batterie qui tape juste (ce son de caisse claire !) et au chant qui est très bien arrangé. En revanche, il faut vraiment tendre l'oreille pour percevoir la basse, noyée dans toute cette violence.

Dès le premier morceau, on comprend qu'on va passer un sale quart d'heure de quarante minutes. Sepulcher of Malevolence donne le ton avec ses plus de 5'30'', n'offrant aucun temps mort. Il vous laisse là, curieux d'entendre la suite mais un peu méfiant. Quarante minutes aussi denses, c'est difficile à avaler : l'an dernier, les Grecs de Dead Congregation avaient parfaitement réussi à aérer leur chef-d’œuvre et les bonhommes de Dehuman s'en sortent bien aussi.

Dehuman

Même si le second titre Crypts of Blood continue dans la lancée du premier avec un Death metal rapide et expéditif, ne proposant que blasts furieux et riffs goûteux. "Graveyard of Eden" laisse à l'auditeur l'occasion de reprendre son souffle à partir du troisième titre. Pas de chant clair, pas de petit arpège en clean piqué au metal prog : un mid tempo aérien soutenu par des voix criées qu'on pourrait attribuer à Joseph Duplantier. À partir de là, Dehuman commence à faire preuve d'un bon goût qui va sans doute leur offrir quelques dates en Europe avec du beau monde. La plupart des titres qui suivent propose une petite pause mélodique où le batteur repose ses bras, sans doute un peu engourdis par toute cette avalanche de blasts. Mais, en plus de ces envolées malsaines (parce que oui, même si ça tape moins vite, ça tape toujours de façon très vicieuse), on a droit à d'excellents solos.




Encore un bon point pour "Graveyard of Eden" : ça joue bien, et ça le montre. Les accalmies de tempo sont parfois accompagnées de solos de guitare parfaitement exécutés et qui trouvent très bien leur place dans la structure du morceau, et dans l'album plus généralement. Si on voulait râler, on pourrait se plaindre des deux premières minutes de Goddess of Sins, dernier titre de l'album qui nous donne à écouter un lead pas spécialement inspiré et qui casse un peu le rythme du disque. Mais bon.

À côté de ça, on trouve sur cet album le fantastique Temple of Lust and Fire, très intelligemment placé après la première moitié du disque, là où sa partie moyenne perd de son intérêt. Cette cinquième composition est une démonstration parfaite de tout le talent des Belges car tout y est : riffs monstrueux de violence, break assassin, solo placé là où il faut et qui ferait pleurer Decapitated (époque "Winds of Creation"). Véritable tour de force, Temple of Lust and Fire est un morceau exceptionnel sur tous les points et nous laisse présager du meilleur pour un éventuel troisième album. Et, dans son sillage, Cerebro Veneficium balaie les restes de notre cervelle avec un hymne Death metal aux riffs dérangeants et acérés.

Album récupérant de bonnes choses un peu partout (le riff blackisant au début d’Invocation of Sublime Death, les ambiances BM orthodoxe qui traînent dans cette même chanson et dans la suivante), "Graveyard of Eden" met la barre assez haut en matière de Death pour cette année 2015. On revient à l'album avec grand plaisir et on ferme les yeux sur les passages moins inspirés, car Dehuman fait rarement dans le remplissage.

Mars 2015,
Rédigé par Inquisitor.


Dehuman

Liens officiels


Où se procurer l’objet ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...