mercredi 4 mars 2015

When Icarus Falls - "Circles" (EP 2014)


(Par Vivine Lilith)



Parution : Format : Label : Univers : Pays :
4 février 2014 EP Auto-production Post metal / Post hardcore Suisse (Lausanne)


When Icarus Falls - Circles (EP 2014)
Track-list :


1) Erechtheion
2) The Great North
3) Celestial Bodies

Bonus-track :

4) Nyx (remix)






Line-up de l'EP :

Diego Medano : Voix, artwork.
Luis Cordeiro : Guitare.
Yann Cottier : Guitare.
Claude Humbert-Drez : Basse.
Xavier Gigandet : Batterie, synthétiseur.

Membre additionnel :

Raphaël Bovey : Batterie
(pour Erechtheion).





« Nous sommes obligés d’accepter les idées du poète, le tableau du peintre, la statue du sculpteur ; mais chacun de nous interprète la musique au gré de sa douleur ou de sa joie, de ses espérances ou de son désespoir. Là où les autres arts cerclent nos pensées en les fixant sur une chose déterminée, la musique les déchaîne sur la nature entière qu’elle a le pouvoir de nous exprimer. »
Honoré de Balzac – "Massimilla Doni".



C’est à Lausanne en Suisse que When Icarus Falls a commencé son aventure en 2007. Se cherchant musicalement, surfant sur un post-metal original. C’est en 2009 que ces jeunes talentueux musiciens sortent leur premier EP  très prometteur : "Over The Frozen Seas".

When Icarus Falls - "Over The Frozen Seas" (EP 2009)

Les titres et les paroles de ces trois titres m’ont particulièrement interpellé et ont tout de suite éveillé ma curiosité... S’en sont suivis de nombreux concerts en Suisse, puis en France. Ce qui leur a permis de progresser sur scène et d’accroître leur création musicale.

Ils ont alors décidé de sortir une compilation en 2010 : "Falling Down II", sur laquelle se trouve leur excellent titre Nyx, ainsi que divers artistes qui ont participé à cet événement.

Compilation "Falling Down II"

En 2011, le groupe compose de nouveau. Leur recherche artistique est basée sur le travail très intéressant d’Elisabeth Kübler-Ross, une psychiatre de renom. Et là, je dois dire que j’ai été agréablement surprise. Cet album est basé sur la description des cinq étapes de la mort. Ce qui aura pour conséquence de définir l’atmosphère de leur prochain album. Je ne vous cacherais pas qu’en j’en avais déjà l’eau à la bouche...

Et voici donc, en 2012, le tant attendu CD : "Aegean".

When Icarus Falls - "Aegean" (2012)


C’est alors que s’en suit une longue tournée européenne, puis une longue pause nécessaire à la composition. C’est donc en 2013 que When Icarus Falls nous offre cet EP exceptionnel : "Circles"...

Et mon âme se trouve piégée dans ce cercle infernal musical, m’enivrant de ses notes bouillonnantes. L’EP "Circles" de When Icarus Falls est un tourbillon d’opacités envoûtantes, de douceur sombre, de douleurs indélébiles…

Erechtheion est le premier titre : quasiment neuf minutes de pure post-metal alléchant. Fermez vos yeux... Ecoutez... Mélodique au début, rien que pour vous mettre en appétit ! Entendez-vous ensuite ce désespoir, ces cris de douleurs, cette rage profonde, cette tristesse ? «... In her eyes we were king, consuming ourselves...». C’est une noirceur douce, ponctuée de déchirements. Cette agonie nous arrache le cœur en continuant de battre. Lentement, très mélodique et planant, le rythme reprend, suivant ces battements réguliers, lourds et nous transporte ailleurs, loin... Et « ... we forgot who we were ». L’accélération avec ce refrain envoûtant : « ...Chasing shadows of unknow enemies... »; cette voix murmurée parfaitement et presque hurlée sans crier, comme hantée, pour s’éteindre et de nouveau nous emporter définitivement ailleurs...

The Great North suit. Mélodique, comme une suite logique au premier titre. Les riffs sont puissants, étourdissants, la rythmique est parfaite et les musiciens sont en parfaite harmonie. « ... Mechanical rhythm that echoes our pain. Everlasting motto drowning our thoughts... ». When Icarus Falls nous joue là plus de six minutes de sons lourds. C’est une petite douceur noire, lente, déchirée par un chant travaillé sorti des profondeurs d’on ne sait où... Submergée, les veines surgonflées et striées de douleurs, j’écoute... L’enchaînement est parfait. Je suis envoûtée...

Le troisième titre Celestial Bodies est un enchantement sombre, mon préféré. Le premier morceau que j’ai écouté en boucle avec la chair de poule. Déjà par les mots très évocateurs, ce début de notes jouées mélancoliquement, si douces au début grâce au synthé, envoûtantes. La voix, presque en fond, est douloureuse et lointaine, comme des cris en écho. Puis plus présente, qui semble plus parlée, qui dure, des cris comme une délivrance... Et cette accélération très mélodique qui m’emporte... «... Standing there Heart in sorrow, The eyes of the ravens Are already upon us... ». Mes veines se vident... C’est une rage chantée, profonde, pénétrante. Mes veines noircissent et leur  fluide sanguin s’épaissit. Des douleurs intenses comme des fissures internes... Le cœur au bord des lèvres, dans un corps qui reflète un chaos intérieur. Un temple de souffrances que seule cette voix peut exorciser. Ce titre est un bouleversement musical, il n’y a pas de refuge pour cacher ses émotions. C’est une douce dépendance musicale qui me transporte au-delà de tout...

Et voici enfin Nyx (Remix). Un commencement idyllique qui remue les tripes en profondeur durant les deux premières minutes. Ce rythme est soutenu et rapide, aux notes entraînantes. Et toujours ce chant si envoûtant et désespérant; plus lointain et douloureux pendant les lenteurs comme une âme qui erre de-ci, de-là. Ces fabuleuses atmosphères sont planantes et longues. Ensuite, cette accélération légère à presque quatre minutes. Ces cris déchirant l’air irrespirable, voluptueusement, en rythme parfait avec les musiciens, et soutenue pour exploser à la fin sans s’arrêter, sans souffler, avec des riffs parfaits pour terminer. C’est un final explosif à vous donner la chair de poule, tellement captivant et accrocheur, nous laissant rêveur d’encore plus de noirceur...

When Icarus Falls

Je vous conseille vivement d’y prêter l’oreille attentivement. De vous imprégner de leur si spéciale et unique mélancolie noire. Oh ! Je dois vous prévenir qu’évidemment leur dernier EP "Circles" n’est plus disponible... Dernièrement,  ils ont annoncé qu’ils feraient quelques concerts en ce début d’année. Leur souhaitant vivement que 2015 soit encore plus créative...

Ecouter "Circles", c’est s’enivrer d’un délicieux nectar noir, au doux parfum inégalable de mélancolie. C’est avec délectation et curiosité que je supporte avec plaisir et sans états d’âme ces groupes originaux et créatifs, qui sortent du droit chemin, qui explosent d’idées grandioses, sans copier un style, qui laissent leurs envies et imaginations croîtrent. J’espère sincèrement que When Icarus Falls ira encore plus loin, nous écrasant le cœur, libérant nos douleurs cachées, en faisant durer leurs riffs lourds en écho, recréant leur atmosphère si planante, pour faire exploser un final dantesque, et sans tourner en rond...


Décembre 2014/Janvier 2015,
Rédigée par Vivine Lilith.


Liens officiels






Où se procurer l’objet ?



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...