lundi 23 février 2015

John Garcia / Steak / Komatsu - Live Paris 2014



John Garcia / Steak / Komatsu

Leçon de charisme en 3 actes

(par Dökkalfar)




Moment : 02/12/14.
Lieu : Glazart (Paris 19ème).


John Garcia / Steak / Komatsu @ Glaz'Art, Paris 02/12/2014


L’année 2014 semble être la plus grande année pour le stoner depuis un bon moment, du moins c’est mon impression. Une des preuves les plus marquantes de cet engouement a été  l’affluence de plus en plus importante sous la tente de la Valley, scène dédiée au genre et sous-genres du stoner au Hellfest. Il a suffi de voir à quel point la tente débordait lors des passages de groupes comme Black Tusk (R.I.P. Jonathan Athon) ou Clutch pour s’en rendre compte.

 Parisien depuis peu, je sais néanmoins que les concerts de desert rock et dérivés font régulièrement le plein, et de plus en plus, notamment grâce au fabuleux travail de Stoned Gatherings, pleinement impliqué dans la défense d’un style parfois moqué par une partie de la scène métal, mais qui compte nombre de passionnés pleinement fidèles.  Mais revenons à ce qui nous préoccupe en ce 2 décembre.

Après Brant Bjork le 2 octobre sur cette même scène du Glazart, Stoned Gatherings nous gâte à nouveau avec l’autre âme de Kyuss, à savoir Monsieur John Garcia, dans son projet solo et non pas avec Unida ou une autre de ses aventures « stoneriennes ». Il sera accompagné des anglais de Steak, et des Hollandais de Komatsu qui remplaceront Waxy initialement prévus.


Le froid pré-hivernal très humide fait que le public décide de rentrer plus tôt que d’habitude dans la salle, et il est temps pour moi de faire de même si je veux parvenir à me faire une petite place dans les premiers rangs, et surtout ne pas rater le début de Komatsu.




Komatsu_logo

Komatsu

C’est une des rares fois où j’avais fait le choix de ne pas écouter les groupes que je ne connaissais pas afin de pouvoir apprécier pleinement sans aucun apriori. Jusqu’alors inconnus, les quatre Hollandais forment un jeune combo crée en 2011 à Eindhoven avec à leur actif un mini album éponyme, puis l’album "Manu Armata" sorti en 2013. Autant vous le dire tout de suite, le quatuor a un sacré potentiel et semblent être les nouveaux fers-de-lance de la scène stoner batave, d’ailleurs les médias spécialisés ne tarissent pas d’éloges sur le groupe, alors écoutons et regardons.


Komatsu
Komatsu

Un chanteur-guitariste très charismatique, qui aurait largement sa place à la tête d’un groupe de grunge des années 90, c’est l’impression première que donnera Mo Truijens, capable d’alterner les types de chant tantôt plus rauque, tantôt plus hurlé, avec des intonations parfois proches d’un Scott Weiland (Stone Temple Pilots, Velvet Revolver...). Rapidement on se met à headbanguer et à battre la mesure avec son pied. Pour l’épauler on retrouve un guitariste plus en retrait en la personne de Stephan Quint – un bassiste bien barré – Martijn Mansvelders, portant un très joli t-shirt de Clutch (et qui n’hésitera pas à aller venir gratter quelques notes au sein du public), et enfin un batteur précis, Jelle Tømmeleyn.


Komatsu
Komatsu

Dans les 8 courts titres (et une intro)  joués ce soir, on retrouvera un mélange de grunge, de stoner et de sludge avec des refrains très efficaces et que l’on retient rapidement. Une très jolie découverte et un groupe à suivre, en espérant qu’ils parviennent à faire leur trou dans un genre déjà quasi saturé. En tous les cas, si Steak – que  je ne connaissais pas non plus avant – fait aussi bonne impression, la soirée s’annonce encore meilleure que prévu.




Set-list Komatsu :

  1)  Intro (S4)
    2) Rose of Jericho
   3) Lockdown
   4) New Low
   5) Komatsu
   6) Hail to the King
    7) Nothing Left to Ruin
    8) WTF
    9) Blackwater





Steak_logo

Steak

C’est un autre jeune combo prometteur de la scène desert/stoner qui fait maintenant son apparition, en l’occurrence les anglais de Steak (et j’éviterai tout jeu de mot avec leur nom, que ce soit dit).


Steak

Quand j’ai vu leur annonce accompagnant John Garcia, j’ai immédiatement pensé aux Belges de Steak Number Eight, que j’ai raté à plusieurs reprises et que je rêve de voir… raté, c’est un autre groupe au nom similaire qui est présent ce soir. Mais dès les premières notes jouées par le groupe, cette déception s’en ira rapidement.


Steak
Steak

Côté influences, on retrouve évidemment Kyuss, mais aussi des groupes plus métal comme leurs compatriotes de The Hicks ; et Kippa, leur frontman est lui aussi extrêmement charismatique, avec ses airs de Mats Leven et son jeu à la Robert Plant, tenant fermement son micro sur pied et portant un t-shirt d’Orchid.

Steak
Steak

La scène stoner britannique, initiée notamment par Orange Goblin et relativement endormie ces dernières années, tient cette fois une nouvelle petite perle, au même titre que les jeunes loups de Desert Storm. Et Napalm Records, en signant de plus en plus de groupes du genre, a bien compris l’émergence de nouveaux talents en les associant sur des tournées à des maitres du genre comme Garcia. C’est fort bien joué, et on en redemande.







John Garcia_logo

John Garcia

Quel plaisir de voir enfin Maitre Garcia devant une salle pleine après la semi déception au Hellfest lors de son passage avec Unida. Mais le sieur avait avoué lui-même qu’en jouant en même temps que Black Sabbath, il était évident que la Valley serait un peu vide. Et pourtant quel moment de bonheur, encore plus en revoyant Arthur Seay qui jouait dans l’après-midi avec House of Broken Promises.


John Garcia
John Garcia

Je ne parlerai pas du background du bonhomme – vous le connaissez toutes et tous – et n’étant pas un spécialiste absolu, je risquerais de dire des bêtises. Donc je vais plutôt me concentrer sur la soirée et mes impressions, en tentant de rendre ça le plus fidèle possible à la qualité de la soirée.


John Garcia
John Garcia

Il est donc autour de 21h30, on a un peu perdu la notion du temps et l’attente aura été longue pour voir arriver d’abord les musiciens : Ehren Groban à la guitare, Mike Pygmie à la basse, et Greg Saenz derrière les fûts – déjà  quand on voit un tel line-up, on sait qu’on va en prendre plein les oreilles – qui entament la fameuse « marche des chenilles » de Kyuss, jusqu’à ce que l’Homme apparaisse  face à nous. L’expression « classe incarnée » a rarement été aussi juste tant la présence qu’il dégage est forte, vêtu d’une chemise et sans ses lunettes de soleil cette fois. Ce qui est amusant dès les premiers morceaux – pour  ceux qui ont pu voir/écouter des groupes comme 1000 Mods – c’est de se dire que tout vient de là (à l’image de Black Sabbath dans le métal). Kyuss et les autres projets de Garcia/Bjork ont eu des centaines d’enfants, et c’est un vrai bonheur de pouvoir écouter en live ces fascinants géniteurs, mais je m’égare un peu ; la musique me fait digresser, je reviens à ce soir. La salle étant archi pleine, les premiers rangs sont pris d’assaut et faire des photos correctes relève parfois de l’exploit.


John Garcia
John Garcia

Garcia, avec sa voix reconnaissable entre 1000, enchainera les tubes, alternants titres de ses albums solo (My mind, Saddleback par exemple), de Slo Burn (July), de Kyuss (One Inch Man, El Rodeo) ou de Unida (Flower Girl) etc… pour au final pas moins de 18 titres. La basse de Pygmie se veut ultra joueuse et ronronnante.  Mais ce qui frappe le plus finalement c’est la capacité de Garcia à pondre des refrains les plus accrocheurs du stoner à l’image du titre  5000 Miles (je ne parle pas de My Mind déjà mentionné mais qui contient aussi son lot d’éléments ultra catchy) ; c’est parfois presque « pop », mais dans le bon sens du terme. Le groupe ne nous fait pas non plus oublier qu’on est bien dans un concert de stoner, avec un paquet de titres du répertoire de Kyuss, notamment grâce à Green Machine, un des titres offerts en rappel. Et si pour Steak le son n’a pas été toujours optimal, Garcia et sa bande du soir bénéficient d’un son parfait, qui permet d’apprécier chaque instrument (notamment ce son de batterie qui m’a littéralement transporté, autant que les subtilités de la voix du bonhomme).




Set-list John Garcia :

1) Caterpillar March
2) Rolling Stoned
3) One Inch Man
4) My Mind
5) 5000 Miles
6) The Blvd
7) Gloria Lewis
8) Flower Girl
9) El Rodeo
10) Argleben
11) Space Vato
12) Saddleback
13) 800
14) July
15) All These Walls

Encore :

16) Supa Scoopa and Mighty Scoop
17) Green Machine
18) Whitewater


Malheureusement nous sommes arrivés au bout de ces près de 3 heures de voyage au pays du desert rock. On pourra retenir 2 formations ouvrant pour Garcia extrêmement intéressantes et prometteuses, qui auront mérité bien plus que le titre de « premières parties ». A côté de ça, on pourra se réjouir d’avoir assisté à un grand moment offert par un grand Monsieur, plutôt bavard et visiblement très content d’être là ; voire parfois ému devant une salle si pleine, et dont le groupe nous aura permis de (re)découvrir plus de 20 ans d’histoire d’un genre qu’ils ont su initier et développer avec passion et intégrité. Merci à eux, à Stoned Gatherings, et au Glazart bien évidemment pour nous donner l’occasion de vivre de tels moments.

Décembre 2014,
Rédigé par Dökkalfar.


John Garcia / Steak / Komatsu @ Glaz'Art, Paris 02/12/2014

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...