vendredi 2 janvier 2015

Earthless / 1000 Mods - Live Paris 2014



Earthless / 1000 Mods

Stoner et t-shirts mouillés

(par Dökkalfar)




Earthless European Tour 2014
Moment : 06/11/14.
Lieu : Glazart (Paris 19ème).


Earthless / 1000 Mods @ Glazart, Paris 06/11/2014


Il aura été dur de revenir à la réalité après le sublimissime concert d’Opeth et Alcest la veille au Bataclan. La nuit aura été relativement courte mais assez réparatrice pour se rendre au Glazart en ce jeudi d’automne, pour une nouvelle soirée de stoner proposée par Stoned Gatherings. Arrivé en avance, je décide d’aller me mettre au chaud, parce qu’il fait sacrément froid, avec mes amis et d’aller manger un morceau dans le quartier avant de me rendre au Glazart pour la très jolie affiche du soir, à savoir les Américains d’Earthless et les Grecs de 1000 Mods.




1000 Mods_logo

1000 Mods

C’est aux Grecs de 1000 Mods d’ouvrir pour cette soirée qui s’annonce des plus agréables, dans une salle qui se remplit peu à peu. J’avais découvert ce groupe totalement par hasard, vous savez, quand vous écoutez un groupe sur Youtube et qu’on vous fait des suggestions, vous allez écouter ce groupe, puis d’autres etc… et ça vous fait parfois tomber sur de véritables perles. L’album "Super Van Vacation" m’ayant fait totalement voyager (normal avec un « super van » me direz-vous) ; c’est même devenu un de mes albums de chevet de stoner, alors que je trouvais le nouvel un poil moins intéressant, mais je m’égare un peu. Je profite de l’arrivée progressive du public pour faire des essais photos jusqu’à l’apparition du combo, dont le chanteur Dani porte un joli t-shirt de leurs compatriotes Planet of Zeus, autre très bon groupe de stoner hellénique. Big Beautiful, issu de l’album "Vultures" inaugure le set avec son intro hyper groovy, puis Claws, issu du même album. Le public headbangue sans se bousculer et rentre très vite dans l’univers du groupe. Et c’est au 3ème morceau que j’ai le plaisir de retrouver un morceau de "Super Van Vacation", avec le titre Road to Burn et ses 9 minutes de stoner ultra efficace. On pense évidemment à Kyuss (d’ailleurs quel groupe du genre n’a pas une toute petite influence kyussienne ?) ; Dani et sa basse tenue étonnamment basse (jeu de mots totalement involontaire) est à fond malgré quelques soucis de micro, décidément fréquents au Glazart. On repart ensuite sur Low, morceau assez court malgré une longue intro, et sa montée en puissance très catchy (on remarquera d’ailleurs les différences entre les deux albums, à savoir un "Super Van Vacation" aux titres relativement longs, et un "Vultures" dont les titres dépassent rarement les 5 minutes, et à l’approche un peu plus directe) ; puis Vultures construit à peu près de la même façon mais tout aussi bon. Vient ensuite pour moi le grand moment de leur set avec mon titre préféré, à savoir Vidage et cette mélodique entêtante, cette rythmique hypnotisante, et des soli parfaits ? Ce morceau représente pour moi toutes les raisons pour lesquelles j’adore ce groupe, et la set-list de ce soir est vraiment très généreuse. Après la joie offerte par ce « vidage », c’est El Rollito puis 7 Flies toujours issu de "Super Van Vacation" qui nous sont offerts. Le premier avec son fameux « nothing can save my soul », probablement leur refrain le plus efficace à mes yeux, et le second que je trouve un peu plus quelconque, mais qui permet de continuer à headbanguer ; en attendant le joli final de 9 minutes avec le titre homonyme de l’album "Super Van Vacation" qui semble avoir été écrit pour finir un concert.


1000 Mods
1000 Mods
1000 Mods

Une très jolie première partie donc, avec un groupe pas le plus original du monde, mais à la fois sincère, efficace et qui semble avoir tout compris au genre. Que demander de plus pour s’échauffer avant la venue d’Earthless ?



Set-list 1000 Mods :

1) Big Beautiful
2) Claws
3) Road to Burn
4) Low
5) Vultures
6) Vidage
7) El Rollito
8) 7 Flies
9) Super Van Vacation





Earthless_logo

Earthless

Lorsqu’on va voir un groupe comme Earthless, on sait d’emblée que la set-list sera extrêmement courte, limite plus courte qu’un groupe de funeral doom, tant les Californiens ont beaucoup de mal à proposer des morceaux de moins de quinze à vingt minutes. C’est donc 5 titres qui nous seront proposés ce soir (dont deux extrêmement courts) : préparons-nous donc à une vraie course de fond au pays du stoner instrumental. La salle du Glazart est désormais aux trois quarts pleine, forcément, les deux groupes du soir attirent un peu moins de monde qu’un YOB par exemple, mais ça permettra de respirer un peu pour une fois. Ce sera difficile pour moi ce soir de commenter la musique d’Earthless au vu de la durée des titres, et cela reste risque d’être assez rébarbatif et risque de m’y perdre. Donc pour une analyse je vous conseille, amis lecteurs, d’écouter le groupe et d’apprécier tout simplement.


Earthless
Earthless

Ce qui frappe d’emblée à l’arrivée du groupe sur scène, c’est le look d’Isaiah Mitchell, cheveux coupés et barbe rasée, presque méconnaissable pour les non fidèles du trio, et qui contraste avec le look typique stoner/sludge de son bassiste Mike Eginton. Désormais ressemblant à Monsieur Tout-le-Monde, il prouvera ce soir qu’on peut être un véritable pilier du genre, éminemment respecté, tout en ayant une apparence des plus normales. 


Earthless
Earthless

La démonstration démarre par le quart d’heure d’Uluru Rock, et le novice du groupe que je suis ne peut s’empêcher de pousser un gros « ok » devant tant de maitrise. Chacun des membres a l’air totalement dans son truc, avec l’impression de jouer séparément tout en étant totalement coordonnés et interdépendants. Impressionnant. Le public est très réceptif, captivé et écoute, voire admire autant que moi cette alchimie alors que devant une telle débauche d’énergie on ne peut s’empêcher de se demander quand ces gens respirent. La preuve en est, quand Uluru Rock se termine, à la fois Isaiah Mitchell et Mario Rubalcaba (batterie) ont leur t-shirt trempé, avant d’entamer quasi sans transition Violence of the Red Sea, dont la puissance déployée par le duo guitare/batterie contraste avec les lignes de basses, véritables garde-fou (ou Surmoi, si on préfère un terme psychanalytique), de deux autres. A la fin de ce monument du stoner parfaitement reproduit sur la scène, on cherche sur le t-shirt d’Isaiah, et encore plus sur celui de Mario dont les cheveux dégoulinent sévèrement, les espaces encore secs.  A ce moment, on se dit qu’ils vont faire une pause, jouer un truc un peu court pour respirer. C’est mal connaitre les Américains, vu que c’est maintenant Sonic Prayer (et ses 21 minutes) qu’ils décident de jouer. Et c’est là que je me décide à concentrer mes photos sur Mario, histoire de pouvoir capturer quelques exemples du mauvais traitement qu’il inflige à sa batterie. On pourra d’ailleurs observer la construction du morceau, avec une première partie où la guitare est principalement mise en avant, tandis que la batterie accompagne (avec une basse toujours à l’affût, discrète mais ô combien indispensable), et une deuxième partie où Mario se déchaîne tandis qu’Isaiah se met un peu en retrait. Chose admirable, le public résiste à l’appel du pogo pour simplement accompagner la performance quasi-surhumaine du trio. C’est à la fin du morceau que je décide de me retirer du premier rang afin de laisser les autres profiter de la proximité du groupe, et c’est aussi à ce moment-là que le groupe s’arrête quelques minutes.


Earthless
Earthless

A leur retour, les trois Californiens vont proposer deux courts morceaux qui permettront à Isaiah de chanter : un premier dont le titre m’échappe, mais qui permettra à quelques membres du public restés jusqu’à présent assez sages de s’agiter un peu,  et un second (Mistreated, reprise du groupe des sixties Groundhogs) qui conclura de façon originale cette nouvelle soirée au pays du stoner instrumental.



Set-list Earthless :

1) Uluru Rock
2) Violence of the Red Sea
3) Sonic Prayer

Encore :

4) (untitled)
5) Mistreated


Dur de conclure après une telle démonstration, la prestation de 1000 Mods a été pleine de promesses tenues : c’était bon, vraiment bon, le tout avec une grande simplicité. Pour Earthless, on a eu une leçon d’humilité, la preuve évidente qu’on peut être ultra efficace et talentueux sans faire preuve d’excentricité ni être hyper démonstratif. La musique des Américains se suffit à elle-même, vous transporte, remplit parfaitement son objectif, et c’est tout ce que l’on demande.

Si vous voulez vous en convaincre, au cas où je n’aurais pas encore réussi à le faire, écoutez simplement, et vous verrez… puis prenez votre voiture ou tout autre moyen de transport et mettez-vous un des albums de 1000 Mods, vous serez conquis.



Novembre 2014,
Rédigé par Dökkalfar.


Earthless / 1000 Mods @ Glazart, Paris 06/11/2014

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...