mardi 11 novembre 2014

Fall of Summer 2014 - Live Torcy (samedi 06/09/2014)



Fall of Summer 2014

Day 2

(par Dökkalfar)




Moment : 06/09/14.
Lieu : Base régionale de loisirs de Vaires-Torcy (Torcy, 77).



Fall of Summer_logo


 2ème jour du Fall of Summer : remis de ses émotions, passé une nuit dans un vrai lit, ce qui a grandement aidé à récupérer.


Fall of Summer 2014 - Live Torcy (samedi 06/09/2014)

 Il est autour de 12h30, direction donc à nouveau la gare de Torcy pour tenter de voir un bout de Vorkreist. Sauf que contrairement à la veille où j’ai pu avoir une navette rapidement, là c’était le désert total : quelques metalheads du samedi attendaient à la gare des bus sans savoir lequel prendre, avec l’impossibilité d’être renseigné, à croire que les navettes n’ont été prévues que pour l’arrivée des campeurs le vendredi, et non pour les Parisiens qui rentraient chez eux entre les deux jours et les festivaliers d’un seul jour. Plusieurs minutes passent, un bus passe, on demande à un chauffeur et on se rend compte que nos infos sont contradictoires. On finit par prendre le bus que le site du Fall of Summer indique, on nous informe que le trajet met une vingtaine de minutes… Au bout de 45 grosses minutes, il est presque 15h et je trépigne, j’ai déjà raté le set de Den Saakaldte et ne veux surtout pas rater Code. Déposé loin, très loin du site, de l’autre côté du lac, je mets près de 25 minutes à arriver près des scènes après une longue course éreintante, course qui me permet de voir une petite moitié de la prestation des Anglais.




Groupes :

 Code  Debauchery  Assassin
 Salem  Artillery  Ahab
 Cancer  Pentagram  Ascension
 Sodom  Enslaved






Code_logo

Code

 J’arrive donc devant la Sanctuary Stage où je peux me caler à côté d’un chevelu qui fera du headspinning pendant une bonne partie du concert. Je fais mes quelques photos puis me pose pour apprécier ces quelques minutes de leur black avant-gardiste. Leur album "Augura Nox" avait été une grosse claque pour le fan du genre que je suis. Longtemps annoncé, cet album est une merveille et leur chanteur Wachian est une sorte de mélange entre Paul Kuhr (Novembers Doom) avant sa surprenante perte de poids, et ICS Vortex, entre vocaux death/black et envolées mélodiques parfois grandiloquentes propres au genre. Un set sobre, très élégant, pour une musique qui l’est toute autant, qui contraste un peu avec la majorité des groupes présents ce week-end, et qui a dû rendre perplexe une bonne partie du public.


Code
Code
Code

 Après ce superbe moment, c’est autour de Debauchery de fouler la Sanctuary Stage, pour un set à l’opposé de celui de Code.

Set-list Code :

1) The Cotton Optic
2) Edysis
3) Trace
4) Smother
5) The Lazarus Chord
6) Rattle
7) Possession is the Medicine
8) Triptych

9) Cloud-Formed






Debauchery_logo

Debauchery

 Autre ambiance donc avec les fous furieux allemands de Debauchery. Des faux cadavres de femmes ensanglantés posés sur la scène, des piles de têtes de femmes, des troncs empalés par les micros : là on n’est vraiment plus dans la finesse. Je ne sais pas si on doit se réjouir ou non qu’il eut été interdit en France d’avoir de vraies femmes dans le décor comme il l’est possible en Allemagne, mais ça a le mérite d’annoncer la couleur. Inutile de vous dire que le mélange facile Sexe/Sang/Militaire n’est vraiment pas ma tasse de thé, mais le groupe plait aux metalheads présents qui se lâchent en multipliant les pogos.  Pour la musique, ça reste du thrash classique mais efficace, mais qui mériterait cependant à mes yeux d’être travaillé autant que le décorum. Après c’est une affaire de goût et ils correspondent tout à fait au festival.


Debauchery
Debauchery
Debauchery







Assassin_logo

 Le set de Debauchery se termine tandis que je pars me poser près de la Blackwaters Stage avec des amis et fais donc l’impasse sur ce second groupe de trasheux allemands du jour.

Set-list Assassin :

1) Fight (To Stop the Tyranny)
2) Breaking the Silence
3) The Last Man
4) Forbidden Reality
5) Baka
6) Destroy the State

7) Assassin






Salem_logo

Salem

 Pendant ma « pause », j’ai l’occasion d’entendre les balances de Salem, groupe que je connais très peu. J’avais eu l’occasion de les écouter il y a quelques années lors de la sortie de l’album "Necessary Evil" grâce à un sample d’un numéro de Metallian et c’est un plaisir de les voir sur scène. Groupe israélien existant depuis près de trente ans, moins connu, car moins accessible peut-être, que leurs compatriotes Orphaned Land, Salem pratique une sorte de doom/death avec alternance de vocaux clairs et death, un son assez inclassable et déroutant. Le peu que nous entendons des balances suffit à nous convaincre d’aller tendre l’oreille dans la fosse, tandis qu’Assassin termine son set. Salem commence à jouer devant une foule très clairsemée, Ze'ev Tananboim (chant) a beau faire le spectacle quitte à prendre des risques en montant sur la structure de la scène, ça ne fait pas venir le public. Dommage car leur prestation est vraiment plaisante, et leur death original fait son petit effet. A revoir dans en salle pour pouvoir apprécier dans d’autres conditions, et avec une foule plus motivée et investie.


Salem
Salem
Salem
Salem
Salem






Artillery_logo

Artillery

 Après ce « frustrant » concert de Salem, je me déplace vers la Sanctuary Stage pour voir un autre groupe trentenaire, à savoir les thrasheux danois d’Artillery (oui, encore du thrash). Pour tout vous dire, comme bon nombre de groupes du genre, je ne connaissais Artillery que de nom, mais cette fois j’ai été profondément emballé. L’arrivée du « jeune » Michael Dahl au chant semble avoir fait énormément de bien au groupe et vocalement il impressionne par ses envolées. Des musiciens impeccables, un chanteur hyper actif et « charmant ». Les titres s’enchaînent, et contrairement à bon nombre de groupes du genre, je ne m’ennuie pas une seconde et n’ai pas l’impression d’écouter le même morceau pendant 45 minutes. Une autre bonne (re)découverte pour moi, avec un public qui semble avoir apprécié. Mais le temps presse, il faut que je retourne rapidement à la Blackwaters Stage pour voir les doomeux d’Ahab.


Artillery
Artillery
Artillery
Artillery
Artillery


Set-list Artillery :

1) Chill My Bones (Burn My Flesh)
2) Legions
3) When Death Comes
4) By Inheritance
5) The Challenge
6) Khomaniac
7) Terror Squad






Ahab_logo

Ahab

 Tout le monde, ou presque je suppose, a été surpris de voir à l’affiche d’un festival étiqueté thrash/black métal un groupe de funeral doom. Mais les fans du genre, donc je fais partie, ont été ravis de pouvoir enfin découvrir sur scène en France ces Allemands. Bon ici, tout est des plus sobres, réduit à l’essentiel, ça fait un bien fou de voir des mecs habillés « normalement », là pour jouer leur musique, créer leur ambiance et faire plaisir au public. Sur les 45 minutes de set, 4 titres au rythme pachydermique seront joués (oui, c’est bien du doom), et on ne peut qu’apprécier cette lenteur offerte par les Allemands qui dénote avec la vitesse des groupes entendus précédemment. Les membres parlent peu, Daniel Droste leur chanteur, s’essaie tout de même à quelques mots de Français, même si les fans du 1er rang sont conquis d’avance. Au final, un concert magnifique, qui permet de terminer de la plus belle des façons cet après-midi de concerts.


Ahab
Ahab
Ahab
Ahab
Ahab


Set-list Ahab :

1) The Divinity of Oceans
2) Old Thunder
3) Deliverance
4) The Hunt






Cancer_logo

 Désolé, j’ai fait l’impasse sur ces vétérans du thrash britannique, trop encore dans l’ambiance d’Ahab. J’avais envie de me poser  en attendant la venue de Pentagram.

Set-list Cancer :

1) Cancer Fucking Cancer / Witch Hunt
2) Death Shall Rise
3) Into the Acid
4) Die Die
5) Tasteless Incest
6) To the Gory End
7) Bloodbath
8) Body Count
9) Hung, Drawn and Quartered
10) Dethroned Emperor (cover Celtic Frost)






Pentagram_logo

Pentagram

 Il est 21h, Cancer a presque terminé son set et je décide d’aller me placer dans la fosse de la Blackwaters Stage pour le début de Pentagram. Après Black Sabbath au Hellfest, ce sont les autres inventeurs du doom que l’on a l’occasion de voir sur scène cet été. Contrairement à certains, la prestation de ce bon vieux Ozzy m’avait plutôt convaincu en juin, et j’étais impatient de voir ce qu’il en serait pour ce « pluri-revenant » qu’est Bobby Liebling. Le moins que l’on  puisse dire c’est qu’il a la pêche pour quelqu’un qui a frôlé la mort : démonstratif, virevoltant, bien plus actif que nombre de groupes plus jeunes. Le son est plutôt bon proche de la scène, mais s’apprécie encore plus en s’éloignant un peu, vraiment impressionnant. La voix de Bobby porte, les soli de Victor Griffin s’enchaînent, la basse de Greg Turley ronronne comme il faut, et leur nouveau batteur assure derrière les fûts ; tout bonnement imparable, un sacré moment.


Pentagram
Pentagram


Mais il est temps de bouger vers la Sanctuary Stage pour aller voir Ascension, à mes yeux LA curiosité de ce week-end avec Bölzer.


Pentagram
Pentagram
Pentagram


Set-list Pentagram :

1) Sign of the Wolf (Pentagram)
2) When the Screams Come
3) Call the Man
4) Nothing Left
5) Relentless
6) Broken Vows

Encore :

7) Be Forewarned
8) 20 Buck Spin






Ascension_logo

Ascension

Pour être honnête, je n’ai découvert ce groupe que lorsque leur nom a été annoncé au Fall of Summer. Je reste avant tout un fan de stoner, donc  je ne vais pas naturellement vers des groupes de black métal, enfin passons. Je me suis donc penché par curiosité sur leur unique album "Consolamentum" sorti en 2010, et je dois admettre que leur black mélodique un peu psyché/mystique m’a franchement plu, donc l’envie de les voir en live était là. Et force est de constater que je n’ai pas été déçu. Déjà l’ambiance « gothico-occulte », lumière tamisée à dominante rouge, bougies et fumée font leur petit effet, puis arrivent en silence les différents membres du groupe, qui hormis leur excellent et charismatique front man, ne bougeront pas d’un mètre ou presque durant toute la prestation. Maquillage noir et capuche pour le gratteux que j’ai en face de moi, haillons et maquillage blanc pour le front man, accentuant ce côté « horrifique ». Quant à la bassiste et l’autre guitariste, souvent cachés par l’opaque fumée, je n’ai pu que les entrapercevoir. Les compositions tirées de leur unique album s’enchaînent, et on est véritablement pris dans cette messe de black métal aux accents parfois doom. Une excellente surprise, vivement le second album !


Ascension
Ascension
Ascension
Ascension
Ascension







Sodom_logo

Je fais l’impasse sur Sodom, car vous l’aurez compris le thrash allemand n’est pas du tout ma « came », et je préfère rester à la Sanctuary Stage afin d’être idéalement placé pour l’une de mes plus grosses attentes du week-end, à savoir Enslaved.

Set-list Sodom :

1) Agent Orange
2) In War and Pieces
3) Outbreak of Evil
4) Surfin' Bird / The Saw is the Law
5) Sodomy and Lust
6) Stigmatized
7) Blasphemer
8) City of God
9) Burst Command 'til War
10) M-16
11) Remember the Fallen






Enslaved_logo

Enslaved

Idéalement placé au centre du 1er rang, c’est la 4ème fois que je vois Enslaved après une première fois dans un petit club à Lille puis 2 fois au Hellfest, mais rarement bien placé. C’est avec un immense plaisir que je retrouve un groupe qui au fil des années est devenu un de mes groupes préférés dans le black prog, et même tous genres et sous-genres confondus. J’assiste avec quelques autres fans aux balances du groupe, toujours aussi détendus mais faisant attention au moindre détail. Petit à petit la foule devient de plus en plus nombreuse à mesure que la fin du set de Sodom arrive sur l’autre scène.


Enslaved
Enslaved
Enslaved

Enslaved commence enfin à jouer, c’est une grande histoire d’amour que Grutle et sa bande entretiennent avec la France, et ça se confirmera une nouvelle fois ce soir. Une set-list assez classique avec les inévitables Ruun et Isa, mais on n’en demande pas plus : le groupe s’amuse, chacun des membres est communicatif à sa manière, osant se vanner les uns les autres. Mais le moment le plus inattendu a été lorsque Grutle décide d’entonner une… Marseillaise, qui permet de constater que la plupart des metalheads situés dans les premiers rangs ne la connaissent pas.  Toujours est-il que les mecs ne se prennent pas au sérieux, jouent avec le public tout en composant des chansons géniales. Que demander de plus ? Super moment une nouvelle fois grâce au combo norvégien.


Enslaved
Enslaved
Enslaved


Set-list Enslaved :

1) Death in the Eyes of Dawn
2) Ruun
3) Ethica Odini
4) RIITIIR
5) As Fire Swept Clean the Earth
6) Allfaðr Oðinn
7) Isa



Comme pour la veille, des obligations de transports m’obligent à écourter ma venue sur le site. Je prends tout de même 5-10 minutes pour apprécier un bout de la prestation de Watain et rentre. Dommage pour Bömbers.

Il est 1h du matin, et je suis rincé. Forcément moins intense qu’un Hellfest qui met sur les rotules pour peu qu’on fasse les 3 jours de façon « active »,  cette première édition du Fall of Summer aura été à mes yeux un véritable succès pour plusieurs raisons :
- Un site parfait pour cette période de l’année,
- Un cadre sublime,
- Une disposition des scènes idéale,
- Une programmation au final assez variée (et ce malgré cette archi-domination de thrash et de black métal, mais c’est l’esprit du festival),
- Des prestations alternées pour permettre à ceux qui veulent de ne rien rater,
- Une nourriture et un merchandising bon marchés,
- Des groupes apparemment ravis d’être dans un festival à taille humaine.


Fall of Summer 2014 - Live Torcy (samedi 06/09/2014)

Ceci étant, il faudra régler ce problème de navettes pour l’année prochaine, et d’après les échos que j’ai pu avoir, agrandir la zone de camping (impossible de donner un avis personnel vu que je n’y ai pas mis les pieds). Pour le reste, rien à redire si ce n’est le problème inhérent des toilettes en festival (et encore plus quand il fait noir). Vivement la seconde édition !


17 octobre 2014,
Rédigé par Dökkalfar.



Fall of Summer 2014 - Live Torcy (samedi 06/09/2014)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...