lundi 3 novembre 2014

Brant Bjork / Karma To Burn - Live Paris 2014



Brant Bjork / Karma To Burn

Trip sans acide

(par Dökkalfar)




Moment : 07/10/14.
Lieu : Glazart (Paris 19ème).



Brant Bjork / Karma To Burn @ Glaz'Art, Paris 07/10/2014


Nous sommes le 7 octobre 2014 et ce n’est que le 3ème concert parisien pour le Lillois que je suis. Cette fois,  je pars à la découverte du Glazart après avoir connu et apprécié la Flèche d’Or puis le Zénith il y a quelques mois.





Karma To Burn_logo

Karma To Burn

  J’arrive un peu en avance ne sachant pas du tout à quelle heure les portes vont s’ouvrir et les groupes débuter ; je me pose alors à ce qu’ils appellent la Plage en attendant de pouvoir accéder à la salle. Le lieu est convivial, bien aéré, cadre parfait pour se boire un verre avant ou après concert. A 19h les portes s’ouvrent et je découvre la salle, relativement étroite, mais assez longue avec un bar au fond près d’une zone fumeur qui contient également un bar. Au centre, 2 immenses piliers et au plafond plusieurs ventilateurs.

Karma To Burn
Karma To Burn

  Une demi-heure plus tard, Karma To Burn fait son entrée, je suis parvenu à me mettre relativement devant pour faire quelques photos. Mais je constaterai rapidement que la conjugaison de mon matériel et des light-shows fera que le rendu sera assez médiocre. Enfin passons et concentrons-nous sur la prestation du groupe. Après les avoir vus au Hellfest en 2013, c’était la 2ème fois que je voyais les Américains, et là où le groupe à l’époque n’était composé que de Will Mecum (chant) et Evan Devine (batterie), ce soir on a la chance de voir un véritable power-trio avec l’arrivée de l’ex-The Exploited Rob Halkett à la basse. Will et ses sbires attaquent très fort avec Forty-Seven, tiré de l’album "V", qui permet à quelques-uns de s’agiter, à se demander si on est dans un concert de hardcore ou de stoner. Après cette entrée en matière énergique, nous aurons droit à deux morceaux tirés de l’album "Almost Heathen" (19 puis 35) : le premier calmera un peu la foule par son tempo hypnotique, comme pour permettre de reprendre son souffle avant que le second nous embarque à nouveau dans un rythme plus effréné. Et ce n’est qu’au 4ème morceau que nous pourrons découvrir 55 issu de leur nouvel album "Arch Stanton", bien brutal, qu’on pourrait trouver facilement chez certains groupes de hardcore, et qui permet aux quelques excités présents ce soir de continuer à pogoter. Retour ensuite à "Almost Heathen" avec 34 et son alternance de tempos rapide et lent avant d’enchainer sur les très « punk » 57 & 59 tirés de leur dernier opus, avant d’enchaîner un retour en arrière jusqu’en 1999 avec 28 tiré de l’album "Wild, Wonderful... Purgatory", morceau super groovy, bien plus sympa en live que sur album où la production de l’époque était un peu faiblarde, puis le single 20 qui permet de terminer un set en beauté.




Set-list Karma To Burn :

       01)  Forty-Seven
       02) Nineteen
       03) Thirty-Nine
       04) Fifty-Five
       05) Thirty-Four
       06) Fifty-Seven
       07) Fifty-Nine
       08) Twenty-Eight
       09) Twenty





Brant Bjork_logo

Brant Bjork

  Ayant eu la « mauvaise » idée d’aller me rafraîchir un peu à l’extérieur, j’ai un mal fou à me rapprocher des premiers rangs pour faire mes photos. Je parviens tout de même à trouver un petit créneau sur le côté, mais qui compliquera tout de même la tâche. L’homme au bandana entre en scène et entame notre voyage par, il fallait s’en douter, Low Desert Punk, avant de continuer l’exploration de l’album "Jalamanta" par le duo Lazy Bones/Automatic Fantastic, puis par le quasi murmuré Too Many Chiefs... Not Enough Indians. C’est après ce morceau que je choisis de me reculer afin de pouvoir apprécier davantage une qualité sonore qui fait malheureusement défaut aux premiers rangs ce soir. Changement d’époque maintenant vu que l’on passe à l’année 2007 avec Turn Yourself On tiré de l’album "Somera Sol", tempo groovy au possible, on plane un peu moins et on commence à taper le rythme avec son pied tandis que ça s’agite de façon plus démonstrative près des premiers rangs.

Brant Bjork
Brant Bjork

Le voyage continue par trois nouveaux morceaux issus de l’album "Black Power Flower" qui sortira le 14 novembre prochain : Controllers Destroyed, dont l’intro pourrait très bien apparaître sur un album de doom, et permet d’apprécier le travail remarquable de son batteur qui porte un sublime t-shirt « who the fuck is Kat von D ? », puis Where You From, Man? et Stokely Up Now où l’on retrouve du desert rock « bjorkien » pur jus, efficaces. Le public se met déjà à reprendre les refrains, vivement la sortie de l’album ! Entre les morceaux, Brant et sa bande sont bavards, souriants, n’hésitant pas à plaisanter, dans une totale décontraction. Sans transition, le voyage part désormais en 2003 avec le très funky I Miss My Chick issu de l’album "Keep You Cool", qui ferait headbanguer même les plus blasés d’entre nous, et même votre serviteur qui continuera à osciller la tête tout en écrivant son report. Décidément nous sommes gâtés ce soir, avec trois autres morceaux tirés du nouvel album, We Don't Serve Their Kind, puis Buddha Time (Everything Fine) et Boogie Woogie on Your Brain, qui montrent une nouvelle fois la capacité de Brant Bjork à nous servir des putains de refrains, morceaux qu’il faudra réécouter pour les apprécier à leur juste valeur, mais la première écoute aura fait son petit effet.

Brant Bjork
Brant Bjork

Et même si la set-list est majoritairement composée de nouveaux morceaux, des albums plus anciens ne sont pas oubliés à l’image du court mais efficace Let The Truth Be Known issu de l’album "Saved By Magic" avant d’enchaîner sur l’hymne Freaks of Nature dont le refrain sera chanté à l’unisson par le public qui décidément ne  redescendra pas du nuage de fumée musicale que Bjork et ses sbires auront su créer. Il est 22h30 passé et c’est déjà l’heure du rappel qui sera composé des morceaux '73, issus de l’album "Saved By Magic" puis The Future Rock issu de l’album "Gods & Goddesses", album le plus contemporain de Brant Bjork qui conclura une très bonne première soirée au Glazart. Même certains pourront regretter que des albums plus anciens n’aient pas été explorés, tandis que le gros du concert comptera surtout des nouveaux morceaux, mais ce serait chipoter car les morceaux de Bjork ont cette capacité à être immédiatement « intégrables ».




Set-list Brant Bjork :

1) Low Desert Punk
2) Lazy Bones/Automatic Fantastic
3) Too Many Chiefs... Not Enough Indians
4) Turn Yourself On
5) Controllers Destroyed
6) Where you from, man?
7) Stokely Up Now
8) I Miss My Chick
9) We Don't Serve Their Kind
10) Buddha Time (Everything Fine)
11) Boogie Woogie On Your Brain
12) Let the Truth Be Known
13) Freaks Of Nature

Encore :

14) '73
15) The Future Rock


 Au final, cette première soirée au Glazart aura été une réussite, un set de Karma To Burn que j’ai trouvé plus convaincant qu’au Hellfest : la présence d’un bassiste en live apporte vraiment un intérêt supplémentaire à un style qui peut parfois tourner en rond. Quant à Brant Bjork, à l’image de John Garcia en juin, cette légende du desert rock/stoner a tenu toutes ses promesses, en attendant les dates de Nick Oliveri puis John Garcia dans l’intimité d’une salle parisienne.


Octobre 2014,
Rédigé par Dökkalfar.


 Brant Bjork / Karma To Burn @ Glaz'Art, Paris 07/10/2014

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...