jeudi 3 juillet 2014

Dark Tranquillity - "Construct" (2013)


(Par LeMasc)


Parution : Format : Label : Univers : Pays :
24 mai 2013 LP Century Media Records Death mélodique Suède


Dark Tranquillity - Construct (2013)
Track-list :

1) For Broken Words
2) The Science of Noise
3) UniformityYouTube
4) The Silence in Between
5) Apathetic
6) What Only You Know
7) Endtime Hearts
8) State of Trust
9) Weight of the End
10) None Becoming


Line-up de l'album :

Mikael Stanne : Chant, paroles.
Niklas Sundin : Guitare.
Martin Henriksson : Guitare, basse.
Martin Brändstörm : Claviers, programmation.
Anders Jivarp : Batterie.

Membres additionnels :

Aucun.







Bon, Dark Tranquillity, tout le monde connait, premier album en 1993, en pleine période fast du death et de ses dérivés. Samael est entre "Blood Ritual" et "Ceremony of Opposites", ben oui, je suis fan, du coup je passe complètement à côté de Dark Tranquillity. Par la suite je récupèrerai "The Mind’s I" puis "Projector",  donc plutôt des albums charnières mais sans jamais n’avoir été fan non plus. J’apprécie mais voilà, tout ça pour que vous cerniez bien ma façon d’aborder cet album, n’ayant pas écouté le groupe depuis des années et étant attendu au virage par un vieux fan…Vlad…


Dès l’intro, l’ambiance de For Broken Words, appelant à s’interroger sur soi-même, martèle d’entrée de jeu. Bien sûr ce n’est pas sans me rappeler une de mes références du genre, à savoir Samael (comment je les ai replacé…) même si ce n’est pas pareil, la Suède contre la Suisse, mais l’ambiance qui s’en dégage et le chant m’y font penser. Ca commence bien et ça me plait.

Façonnée à notre image, la science du bruit est là, je vous le dis, l’ambiance est top, la réverb sur le chant donne une ampleur magistrale, la mélodie excellente. J’ai l’impression d’être passé à côté d’un groupe pendant quelques années ; le break à la suédoise est énorme, j’adore, ça entête. Les subtilités des guitares sont les bienvenues, je me régale avec The Science Of Noise ! Yeah !

Le contraste arrive avec Uniformity, une intro bien électro puis une ambiance qui vient se mettre en place avec des growls sur un thème au piano. Mais le chant clair qui suit me surprend, cela ne dure pas et les growls sont de retour. L’ambiance reste dans la lignée des deux premiers titres, mais bon ce chant clair… et la structure du morceau ne me conviennent pas…




L’intro un peu facile de The Silence in Between n’est qu’un leurre car la puissance est de retour, le rythme a augmenté par rapport à la précédente. On se retrouve bien en présence de Dark Tranquillity, intense mélodie. Même quand le break « atmosphérique » vient s’immiscer, tout rentre rapidement dans l’ordre… je crois que je ne suis peut-être pas fait pour ça… continuons. Nous verrons… Apathetic démarre comme il se doit, rapide et soutenu. Le passage planant assure remarquablement, je prends vraiment du plaisir.

What Only You Know démarre fort mais le chant clair fait son retour, alors ce n’est pas forcément un problème car dans leurs vieux albums (ceux que je connais, du moins) cela avait un effet assez convaincant, mais là je trouve que ça sonne un trop pop, et les sonorités du clavier derrière les growls me dérangent franchement, je passe…

Entre indus et death, Endtime Hearts assène une rythmique soutenue qui remonte dans mon estime, même si certains thèmes utilisés ne sont pas forcément à la hauteur du groupe. Je les qualifierais même d’easy-listening. J’avoue ne pas comprendre la démarche du groupe, tantôt facile, tantôt death, tantôt heavy… difficile de ne pas être partagé.

State of Trust… aie… je crois que c’est reparti avec le côté clair, mais là c’est pire. Ca sonne vraiment pas génial et je me demande si je n’ai pas changé de groupe sans le faire exprès, c’est insupportable. Autant quand la puissance du death amplifiée par les growls est là, j’adore ; autant quand l’autre face (métal à nénette, si je puis me permettre) je n’adhère pas du tout. Allez ! Suivante !

Ah et bien voilà, ça c’est le Dark Tranquillity que j’aime, ça joue vite, les breaks sont entêtants comme il se doit, avec de gros riffs bien lourds et un vrai chant pour le style. Bon j’exagère le chant clair peut apporter une ambiance mais tout dépend comment il est utilisé.  En tout cas Weight of the End sonne comme il se doit à mes oreilles d’enfant gâté par le death violent.

Une nappe calme annonce un thème qui me transporte littéralement, la pression retombe et le clavier vient imprimer l’ambiance. Le chant limite black metal est de retour, j’adore. Tout dans la tristesse, les paroles correspondent parfaitement aux morceaux traitant d’une mort certaine et du retour à la poussière, le tout sur un tempo très lent. Sans conteste, None Becoming, un des meilleurs titres de cet album avec les deux premières, en tous les cas pour ma part.


Alors voilà, maintenant il faut conclure… Et bien, il est vrai que beaucoup de passages m’ont plu mais beaucoup d’autres beaucoup moins, et je dois avouer que le moins l’emporte. Je trouve cet album décevant. Moi qui m’attendais à prendre une bonne baffe par une des références du genre, et bien je me retrouve en possession d’un album de death metal mélodique « gnan gnan »… J’ose espérer qu’ils reverront leur copie pour le prochain car ils vont certainement y laisser des fans… à mon avis… désolé Vlad…


Mai 2014, 
Rédigée par LeMasc.


Dark Tranquillity


Liens officiels





Où se procurer l’objet ?



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...