mardi 7 janvier 2014

Wardruna / Àrnica - Live Paris 2013



Wardruna / Àrnica

The past is alive...

(par Vlad Tepes & Metallic)




Moment : 27/10/13.
Lieu : Le Divan du Monde (Paris 18ème).



Wardruna / Àrnica @ Divan du Monde, Paris 27/10/2013



Click here for English Version :
Version anglaise/english version



Groupes :
Àrnica   Wardruna

Certaines entités se font rares sur planches, très rares même. Et je dois dire que le néo-folk des Norvégiens de Wardruna a toujours été représenté de manière strictement événementiel jusqu’alors, se produisant exclusivement dans des lieux particuliers, tels que le Natuurtheater lors de l’Incubate festival de 2009, ou bien encore à deux reprises au sein du musée des Navires Vikings d’Oslo en 2009 et 2010. Le 31 mai dernier, Wardruna s’est produit à l’Hordamuseet de Bergen au sein du quartier historique.

Je m’étais ainsi résolu à partir jusque la sacro-sainte Norvège pour avoir la chance de voir ce groupe si particulier. Ainsi, quelle fut l’immense surprise de découvrir Wardruna venant arpenter quelques planches hors de Norvège et dans des salles plus classiques ! Nous voici ainsi arrivés en joyeuse troupe à l’intérieur du Divan du Monde parisien, votre serviteur et sa Fée de Sang, Metallic et Bloodhound…




Àrnica_logo

En guise de préambule, fut invité un groupe espagnol inconnu de ma personne, Àrnica. Il me semble d’ailleurs très intéressant de lier des cultures à priori si éloignées, de la Norvège vers l’Espagne. En tous les cas, ce qui relie les deux entités est cette farouche envie de défendre une culture antique particulière, prenant profondément racine dans la terre des Ancêtres.


Carles Jiménez (Àrnica)
Daniel P. Àrnica (Àrnica)

Les trois individus d’Àrnica nous ont présenté des morceaux aux tonalités variées, allant de moments atmosphériques à de véritables rituels enflammés :




L’ennui ne fut pas du tout à l’ordre du jour, malgré des titres parfois répétitifs comme ce morceau d’introduction, Marchando al Albor (issu de leur tout dernier EP) :




Cette prestation fleura bon l’Espagne dans le climat retranscrit, à la fois brûlant et mystérieux (ce que vous venez d’ailleurs sûrement de ressentir). Je fus particulièrement séduit par cet aspect identitaire si marqué, fièrement marqué j’ai envie de dire. Vous pouvez vous y plonger avec le très intense Valle de Lobos :




Malgré un désir ardent et des compositions de qualité, le point noir de la prestation fut l’utilisation des samples. En effet, les morceaux d’Àrnica comportent de nombreux éléments qu’il demeure impossible de reproduire avec seulement trois musiciens. Ainsi, les samples ont beaucoup trop été utilisés à mon goût, desservant l’aspect organique de leur musique. J’ai trouvé cela vraiment frustrant, ce qui fut particulièrement manifeste lors du final, où ce sont les samples qui clôtureront le set. Quel gâchis !


Carles Jiménez (Àrnica)
Àrnica

Je conseille la musique d’Àrnica à tous les amoureux de néo-folk tellurique, car il s’y passe véritablement quelque chose. J’espère les revoir très bientôt sur scène, mais cette fois-ci avec un line-up bien plus étoffé, plus adapté à la richesse de leur musique.








Wardruna_logo

J’attendais la suite des païennes opérations avec tellement d’impatience ! Et dans une ambiance pour ma part quasi religieuse, les musiciens arrivèrent sur scène sous les ferventes ovations du public : Wardruna.


Wardruna
Erlend Gjerde & Einar Selvik & Gaahl (Wardruna)

Après un bref instrumental, c’est par le biais du second album que la prestation débuta, avec AnsuR. Débutant par les vocaux étranges de ce qui s’apparenta être un shaman (dixit Bloodhound), l’ambiance atypique fut accentuée par rapport à la version studio. Sur fond des soupirs continus de Gaahl, le titre se déroula de manière cyclique.




Hypnotique dans la forme comme dans le fond, Einar prit son temps pour fixer l’audience, comme pour capturer leur regard. Il me semble vraiment qu’AnsuR s’apparenta ici à une longue introduction, permettant d’installer le décor, de poser tranquillement le climat de la cérémonie. Dans un second temps, les voix de Lindy-Fay puis d’Einar se posèrent, comme s’ils venaient à nommer la païenne procession.

Einar Selvik (Wardruna)
Lindy-Fay Hella (Wardruna)

La structure de cette performance de Wardruna fut très intéressante, car dévoilant selon moi trois chapitres : la longue introduction que j’évoquais précédemment, deux chapitres chronologiques dont un relatif au 1er opus, puis un plus court relatif à "Runaljod – Yggdrasil".

La corne viking fit son entrée au souffle d’Einar, rappelant très nettement l’introduction de Dagr. Toutefois, ce fut Hagal qui investit de sa présence symbolique la scène. Rythmiquement assez fidèle à la version studio, je fus assez frustré par les nappes retranscrites directement de la version studio.




Fort heureusement, les voix ainsi que le violon sont venus apporter un souffle plus organique à l’ensemble. Gagnant en puissance (et suite à l’intervention vocale de Gaahl), c’est à un ensemble vocal tout à fait inédit que nous assistions, chœurs permettant de sublimer le cœur de ce morceau. Le final permettra aussi au violon de prendre bien plus de place, à travers une ligne mélodique elle aussi inédite.

Poursuivant dans le mystère contemplatif du 1er album, Bjarkan nous ouvrit sa brume en très grand.




Lent comme il peut l’être en studio, ce fut le final qui prit une ampleur particulière, avec d’une part les vocaux d’Einar (bien plus déployés qu’en studio), et d’autre part ceux de Lindy-Fay (encore plus surréalistes et puissants que sur album, sorte de voix venue de couches telluriques inconnues). Bluffant…

Après la brume vint se greffer une dense noirceur : Heimta Thurs. Sans modifier grandement la toile sonore, ce fut une fois de plus les vocaux qui vinrent surprendre, notamment ceux d’Einar exprimant un aspect assez sauvage (dans la première partie du morceau). Toutefois, nous pouvons regretter que le violon n’ait pas pris plus de place dans ce titre, restant plutôt en retrait.




Puis comme sur album, Thurs explosa de feu sur visuel stroboscopique, laissant littéralement captivé… alors que le souffle de Gaahl se mourrait peu à peu.

Bien plus apaisé, Laukr offrit une magnifique mise en avant des trois voix principales dès son introduction. Et je dois dire qu’il s’agit d’un des points forts de cette prestation parisienne, soit donner bien plus de reliefs à ces voix qui font vivre la musique de Wardruna.




La suite du morceau demeura assez fidèle à sa version studio, entre apaisement et mystère.

Alors que la pluie résonna, le tribal Kauna se fit entendre. Très efficace de prime abord, la version live s’inscrivit dans la même lignée, jusqu’à nous dévoiler un noyau vocal inédit après quelques minutes !




Ainsi, la voix surréaliste de Lindy-Fay explosa à nouveau pour introduire les vocaux plus barbares d’Einar et Gaahl… pour ensuite boucler la boucle. Je dois dire que cette version enrichie m’a totalement séduit, permettant de rehausser cet excellent titre.

Mais le meilleur resta à venir car déjà j’entendis à l’unisson les trois voix scandant un « Algir »… Je me laissa ainsi porter par Algir – Stien Klarnar, constituant ma pièce favorite du premier opus de Wardruna.




Avec un Einar possédé, je pris un plaisir immense à me soumettre à cette bien sombre incantation, hypnotique de bout en bout. Et que dire du final où Lindy-Fay, Einar et Gaahl élaborèrent un mur symbolique grâce à leurs bras érigés : une invitation à l’obédience la plus absolue…

Le second chapitre Algir – Tognatale permit de poursuivre la progression, alors que la musique précédemment idolâtrée vint à s’assombrir.




Bien qu’assez fidèle à la version studio, ce sont les vocaux qui une fois de plus ressortirent sublimés, avec ici plus particulièrement les envolées sauvages de Lindy-Fay… vraiment très impressionnantes !

Et ce fut sur le violon que se clôtura ce premier chapitre…


Erlend Gjerde (Wardruna)
Gaahl (Wardruna)
Agnete Kjølsrud (Wardruna)

Le climat n’eut pas le temps de s’affadir alors que Rotlaust Tre Fell explosa. Comme nous pouvions l’attendre, peu de déception était à prévoir avec ce feu rampant, aussi efficace qu’incarné. Ce titre apparut comme une marche décidée, impossible à stopper.




Toutefois, j’ai un petit bémol à poser, à savoir que je m’attendais à une intensité légèrement supérieure pour cette interprétation live. Peut-être est-ce dû au fait que ce titre n’aura pas été joué souvent sur planches ?

Poursuivant sur le second opus, Fehu apparut sans surprise. Plus contemplatif, j’y ai vraiment ressenti une réelle cohésion entre tous les membres de Wardruna.






Toutefois, je regrette que le final ne fut pas joué, peut-être par manque de temps.

Mon ressenti fut assez similaire pour NaudiR. Toutefois, il faut souligner qu’Einar se fit nettement plaisir sur ce titre-ci, envouté et envoutant.




Alimentant sa liberté, une sorte d’ouverture dans l’horizon se fit jour : passionné !

Malheureusement nous en arrivions déjà à la fin de cet excellent set, avec un ultime titre présenté par Einar comme un passage vers la mort, à la mémoire de ceux qui nous ont quittés : Helvegen.




Envoutant et profond, cette triste complainte aura réussi à provoquer un lent mouvement ascensionnel. Malgré une pénombre palpable, il y avait comme un mince filet de lumière lors de cette prestation, continu et stable. L’unisson des trois voix fut superbe, exprimant une harmonie sereine. Une fois de plus, Einar fut totalement possédé et parcouru d’émotion de part en part, nous offrant ce quantum d’affects avec ferveur. Comme vous pouvez le constater, les qualificatifs ne manquent pas pour décrire cette belle conclusion, alors que Gaahl vint poser quelques mots, entre dévotion et gratitude…



Einar Selvik (Wardruna)
Gaahl (Wardruna)

Que dire après telle prestation ? … et bien reconnaissons tout d’abord que la magie a su opérer, même s’il aura fallu plusieurs titres pour que celle-ci prenne son juste essor. La structure du set fut très cohérente avec la démarche studio de Wardruna, à savoir chapitrer "Runaljod". Mon désir à présent est de pouvoir entendre en intégralité sur scène le premier puis le second opus (et dans quelques années l’intégralité de l’épopée païenne, soit trois albums).

La démarche de faire intervenir un groupe étendu (contrairement à Àrnica) est quelque chose de très pertinent, pour retranscrire la myriade d’éléments présents dans les compositions de Wardruna. Malgré tout, quelques samples ont été utilisés, certes discrets mais ne me semblant pas indispensables. L’idéal serait d’assister à un concert en pleine nature, où les arbres et le vent seraient utilisés pour interpréter les compositions, mais il s’agit là d’une belle utopie ! Pour en revenir au propos initial, je pense que Wardruna peut être encore plus organique que ce qu’il a été ce soir-là à Paris.

Wardruna
Einar Selvik (Wardruna)
Wardruna
Lindy-Fay Hella (Wardruna)

Concentrons-nous à présent sur les trois principaux protagonistes, et débutons par celui qui aura attiré le plus de regards, à savoir Gaahl. Du fait de sa renommée, j’ai senti dans l’audience qu’il était la personne la plus attendue ce soir-là. Bien plus sobre que dans ces autres projets (anciennement Gorgoroth, et actuellement God Seed), ses vocaux ont essentiellement brillés à travers des soupirs, et à moindre mesure du chant clair. Je pense que bon nombre de personnes dans l’audience ont dû être surprises de ce retrait, alors que cela est parfaitement logique au vu de la répartition des rôles au sein de Wardruna. N’en attendant pas beaucoup moi-même, je ne fus ni surpris ni bluffé par la performance de Gaahl, qui à mon sens était parfaitement à sa place.


Gaahl (Wardruna)
Gaahl (Wardruna)

Avec de toutes autres attentes, Lindy-Fay offrit une prestation à sa démesure : époustouflante ! Apparaissant parfois en retrait sur les versions studio (je pense notamment aux vocaux finaux de l’excellent Dagr), son potentiel vocal put enfin exploser sur planches. Et ce fut le cas pour cette prestation parisienne (et malgré une vilaine toux !). Ainsi, Lindy-Fay a respecté à la fois la sobriété dévolue aux chœurs ainsi que les parties solo avec brio. Sur ces dernières, nous avons assisté à un véritable déploiement de sonorités, alliant puissance et fragilité. En effet, la voix de Lindy-Fay semble incarner un cristal indestructible, union foncièrement rarissime. Se tenant parfois à une distance importante du micro, nous ne pûmes que constater la puissance de son chant, offrant des tonalités quasi surhumaines. A ce titre, je défie quiconque de dénicher une vocaliste du même ordre. Je souhaite bien du courage à qui se lancera dans telle entreprise ! Pour conclure, je terminerais sur deux qualificatifs à priori opposés pour décrire son chant : tellurique et lunaire…


Lindy-Fay Hella (Wardruna)
Lindy-Fay Hella (Wardruna)

Venons-en maintenant au père-fondateur de Wardruna : Einar. En véritable maitre de cérémonie, nous avons senti un artiste totalement traversé par sa musique, ce qui était perceptible dans son regard habité. Toisant le public et cherchant le contact des âmes, il me semble que le Mr a tenté et réussi à établir une communion pour cette prestation parisienne. Avec des vocaux puissants et racés (même si parfois maladroits), je ne pus qu’être convaincu par une soumission de l’artiste à l’entité qu’il a lui-même crée. Mr Einar, vous pouvez en être fier…


Einar Selvik & Gaahl (Wardruna)
Einar Selvik (Wardruna)
Einar Selvik (Wardruna)





Set-list Wardruna :

Intro
1) AnsuR

2) Hagal
3) Bjarkan
4) Heimta Thurs
5) Thurs
6) Laukr
7) Kauna
8) Algir – Stien Klarnar
9) Algir – Tognatale

10) Rotlaust Tre Fell
11) Fehu
12) NaudiR
13) Helvegen



Vous l’aurez compris, cette soirée fut grande et sincère. Les deux entités ont su exprimer leur univers et nous offrir leur environnement, chacun d’une manière très personnelle. Les maladresses ne sont qu’une maigre goutte d’eau par rapport au plaisir ressenti face à de telles prestations, et ce ne sont pas ma Fée de Sang ni mes frères d’armes qui viendront me contredire.

Une phrase me vient à l’esprit pour décrire cette soirée, issue de la bouche d’un illustre fondateur du black métal norvégien en 1993 (que je ne vous ferais pas l’affront de citer) : « The past is alive » !



Octobre/Novembre/Décembre 2013,
Rédigé par Vlad Tepes
.



Je tiens à remercier très chaleureusement les membres de Wardruna pour cette
soirée magique, avec d’une part un concert magnifique, puis une fin de nuit
mémorable.

Merci…




Wardruna / Àrnica @ Divan du Monde, Paris 27/10/2013








Wardruna / Àrnica

The past is alive...

(by Vlad Tepes & Metallic)




Moment : 27/10/13.
Location : Divan du Monde (Paris, France).



Wardruna / Àrnica @ Divan du Monde, Paris 27/10/2013



Bands :
Àrnica   Wardruna

Some entities are pretty rare on stage, very rare in fact. And I must say that neo-folk music from Norwegian people of Wardruna always happened just into a few events until now, exclusively in particular locations, as the Natuurtheater of the Incubate festival in 2009, or even inside the Vikingship museum in 2009 and 2010 (in Oslo). Last 31 of May, Wardruna played at the Hordamuseet in Bergen inside the historical quarter.

So I was prepared to travel to beautiful Norway to get the chance to see this so particular band. And what a surprise when I saw that Wardruna had planned making shows outside of Norway, in more classic rooms ! So here we are inside the Parisian Divan du Monde, your servant and his Fairy of Blood, Metallic and Bloodhound…





Àrnica_logo

By way of preamble, was invited a Spanish band unknown from myself, Àrnica. In fact it appears interesting to link cultures that seems to be so distant, from Norway to Spain. In all cases, what unites these two entities is a strong will to defend an antique and particular culture, deeply rooted in the ground of Forefathers.


Carles Jiménez (Àrnica)
Daniel P. Àrnica (Àrnica)

The three individuals of Àrnica presented us songs with various tones, from atmospheric moments to true blazing rituals :




Boredom wasn’t on the agenda, despite more repetitive tracks like this introduction song, Marchando al Albor (from their very last EP) :




This performance smelled sweetly of Spain, both burning and mysterious (which maybe you’ve felt). I was seduced by this identity aspect, so pronounced. You can dive into the very intense Valle de Lobos :




Despite a fierce desire and quality compositions, the blackhead of the performance was the use of samples. Indeed, the songs of Àrnica involved new elements which are impossible to reproduce with only three musicians. So the samples have been too much used according to my tastes, harming the organic aspect of their music. I found it pretty frustrating, which was obvious during the finale, where samples ended the set. What a waste !


Carles Jiménez (Àrnica)
Àrnica

I recommend Àrnica’s music to all lovers of telluric neo-folk music, because it really occurs something in it. I hope to see them soon on stage, but this time with a more complete line-up, fitting more with their very rich music.








Wardruna_logo

I was waiting for the pursuit of the operations with so much impatience ! In an almost religious atmosphere, the musicians show up on stage under ovations of the audience : Wardruna.

Wardruna
Erlend Gjerde & Einar Selvik & Gaahl (Wardruna)

After a brief instrumental track, the performance began with the second album, AnsuR. Starting with strange vocals in what appears to be a shaman (as Bloodhound said), the atypical atmosphere was emphasized in regard of the studio version. To a background of Gaahl’s whispers, the song took place in a cyclic way.




Mesmeric in its form and in its depth, Einar took his time to stare at the audience, like he was trying to catch their look. AnsuR appeared like a long introduction, which set up the scenery, to land slowly the atmosphere of the ceremony. In a second time, the vocals from Lindy-Fay then the ones from Einar settled, like they were naming the Pagan procession.

Einar Selvik (Wardruna)
Lindy-Fay Hella (Wardruna)

The structure of this performance from Wardruna was very interesting, according to me unveiling three chapters : the long introduction that I was talking about, two chronological chapters with one from the first album, then a smaller one from "Runaljod – Yggdrasil".

The viking horn maked an entrance with the breath of Einar, reminding me the introduction of Dagr. However, it was Hagal which surrounded the stage with his symbolic presence. Pretty faithful in its rythmics in regard of the studio version, I was frustrated by the layers directly born from the studio version.




Fortunately, the voices as well as the violin came to bring a more organic breath to the set. Gaining in power (and after the vocal intervention of Gaahl), we assisted to a novel vocal set, where the choirs enhanced the heart of the track. The finale allowed the violin to take much more space, with a brand new melodic line.

Following the contemplative mystery of the first album, Bjarkan opened its fog widely.




As slow as the studio version, the finale was on the rise in a special way, in one hand with Einar’s vocals (much more deployed than in studio), and in other hand the ones from Lindy-Fay (even more surrealistic and powerful than on album, like a voice coming from unknown telluric stratums). Astonishing…

After the fog came a thick darkness : Heimta Thurs. Without changing the sound canvas, once more the vocals were surprising, in particular the ones from Einar expressing a wild aspect (in the very first part of the track). However, we can regret that the violin didn’t have too much space, being quite in retreat.




As for the album version, Thurs bursted out in fire with a stroboscopic visual, leaving us totally captivated… while the breath of Gaahl was slowly dying.

Much more appeased, Laukr offered a beautiful highlighting of the three major voices in the introduction of the song. And I must say that it is one of the strongest points of this Parisian performance, giving emphasis to these voices that give life to Wardruna’s music.




The rest of the song stayed pretty faithful to the studio version, between calming and mystery.

Hearing the rain resonate, the tribal Kauna spoke up for itself. Catchy in first place, the live version followed the same way, before unveiling an unknown vocal core after a few minutes !




So, the surrealistic voice of Lindy-Fay bursted out once again to introduce the more barbaric vocals of Einar and Gaahl… then to loop the loop. I must say that this enriched version seduced me, enhancing this excellent song.

But the best was coming because I was hearing in unison the three voices chanting « Algir »… I let myself drift away by Algir – Stien Klarnar, being my favorite piece from the first album of Wardruna.




With a possessed Einar, I took an immense pleasure in submitting myself to this dark incantation, hypnotic from start to finish. What can we say of the finale where Lindy-Fay, Einar and Gaahl developed a symbolic wall with their erected harms : an invitation to the most absolute obedience…

The second chapter Algir – Tognatale followed the progress, while the precedent music came to darken.




Although pretty faithful to the studio version, the vocals were sublimated, and in particular the wild soarings of Lindy-Fay… really impressive !

And so the violin enclosed this first chapter…

Erlend Gjerde (Wardruna)
Gaahl (Wardruna)
Agnete Kjølsrud (Wardruna)

The atmosphere didn’t have the time to subside while Rotlaust Tre Fell bursted out. Like we could expect, this rampant fire wasn’t disappointing, catchy and incarnate. This song appeared as a resolute walk, impossible to stop.




However, I’ve one only drawback, because I was expecting an intensity just a little bit higher for this live performance. Maybe is it because it hasn’t been played a lot live on stage ?

Following on the second album, Fehu appeared without surprise. More contemplative, I felt a real cohesion between all the members of Wardruna.






However, I can regret that the finale wasn’t played, maybe because of lack of time.

The way I felt this song is pretty similar for NaudiR. However, we must underline the fact that Einar took pleasure for this track, subjugated and bewitching.




Feeding his freedom, a kind of opening in the horizon shed light on : passionate !

Unfortunately we’re coming to the end of this excellent set, with a final song presented by Einar like a crossing to death, in memory of those who left us : Helvegen.




Spellbinding and profound, this melancholic lament succeeded in provoking a slow rising movement. Despite an obvious darkness, there was a thin net of light during this performance, unbroken and steady. The unison of the three voices was beautiful, expressing a serene balance. Once again, Einar was totally possessed and crossed by his emotions, offering us this quantum of affects with fervor. As you can see, there are lots of terms to describe this grand conclusion, while Gaahl put up some words, between devotion and gratefulness…

Einar Selvik (Wardruna)
Gaahl (Wardruna)

What can we say after such performance ? … well, in first place we can recognize that magic occurred, even if it needed a few tracks for her being full. The structure of the set was pretty coherent with the studio approach of Wardruna, so lecturing "Runaljod". Now my desire is to hear it live on stage in its entirety (so the three albums, with just one to come !).

The approach of using a full line-up (in opposite of Àrnica) is something very relevant, to faithfully adapt the myriad of elements that we can find into Wardruna’s music. Despite everything, some samples have been used, discreet but not essential to me. According to myself, the ideal could be to live a show in complete nature, where the trees and the wind could be used to perform the songs, but it is clearly a total utopia. To get back to what I was talking about, I think that Wardruna can be much more organic than it has been in this Parisian show.

Wardruna
Einar Selvik (Wardruna)
Wardruna
Lindy-Fay Hella (Wardruna)

Let’s now concentrate on the three major protagonists, and let’s start with the one which attracted most of the looks on that night, Gaahl. Because of his reputation, I felt that he was the most awaited person by the audience. Much more understated than his other projects (Gorgoroth essentially, and now God Seed), his vocals were brilliant through whispers, and less for clean vocals. I think that lots of people in the audience have been surprised by this retreat, despite it is totally logical when we look at the distribution of roles inside Wardruna. I wasn’t expecting a lot from his performance so I wasn’t surprised, which was in his proper place according to me.

Gaahl (Wardruna)
Gaahl (Wardruna)

With very different expectations, Lindy-Fay offered us a custom-made performance : mind-blowing ! Appearing sometimes in retreat on the studio versions (in first place I think to final vocals of Dagr), her vocal potential succeeded in bursting out on stage. And it was exactly this for this show (despite a bad cough !). So Lindy-Fay respected in one hand the sobriety that choirs need and in other hand the solo parts with brio. On these last ones, we have heard a real spreading of sonorities, with power and delicateness together. Indeed, the voice of Lindy-Fay seems to incarnate an indestructible crystal, a so rare marriage. Sometimes pretty far from his mic, we observed the power of her vocals, offering tonalities almost superhuman. In this respect, I must challenge anyone to find another female vocalist on this earth. To conclude, I must end on two terms to describe her way of singing, to all appearances opposite : telluric and lunar…

Lindy-Fay Hella (Wardruna)
Lindy-Fay Hella (Wardruna)

Let’s now talk about the founding father of Wardruna : Einar. Like a master of ceremonies, we felt an artist fully crossed by his music, which was perceptible in his haunted look. Looking at the audience scornfully and seeking for the contact with souls, it seems to me that mister Einar attempted and managed to establish a communion for this Parisian performance. With powerful and distinguished vocals (even if sometimes clumsy), I was convinced by the artist’s submission to the entity created with his own hands. Mister Einar, this is something to be very proud of…

Einar Selvik & Gaahl (Wardruna)
Einar Selvik (Wardruna)
Einar Selvik (Wardruna)





Set-list Wardruna :

Intro
1) AnsuR

2) Hagal
3) Bjarkan
4) Heimta Thurs
5) Thurs
6) Laukr
7) Kauna
8) Algir – Stien Klarnar
9) Algir – Tognatale

10) Rotlaust Tre Fell
11) Fehu
12) NaudiR
13) Helvegen



You’ve already understood that this night has been great and honest. The two entities expressed their universe and offered us their environment, each one in a very personal way. The awkardnesses are just a little drop of water in regard with the pleasure that I feel in front of such performances, and neither my Fairy of Blood neither my brother in arms could contradict me about it.

One only sentence comes to my mind to describe that night, from the mouth of a renowned founder of Norwegian Black Metal in 1993 : « The past is alive » !



October/November/December 2013, 
Written & translated by Vlad Tepes.



I want to express a warm “thank you” to the members of Wardruna for this magic night, in one hand for a beautiful show, and in other hand for a memorable night’s ending.

Thank you so much…



Wardruna / Àrnica @ Divan du Monde, Paris 27/10/2013


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...