lundi 27 janvier 2014

The Old Dead Tree / Melted Space / DustBowl - Live Nantes 2013



The Old Dead Tree / Melted Space / DustBowl

Et l’arbre apparaît dans une ultime lueur d’espoir…

(par Vivine Lilith & Mellie Valénat)




"The Nameless Disease" Tour 2013 - 10th anniversary
Moment : 04/10/13.
Lieu : Le Ferrailleur (Nantes).


The Old Dead Tree / Melted Space / DustBowl @ Le Ferrailleur, Nantes 04/10/2013



Groupes :

 DustBowl     Melted Space  The Old Dead Tree


Laissez-moi vous conduire dans l’antre métallique et intimiste de cette salle réputée de Nantes, Le Ferrailleur. Cette nuit du 04 octobre 2013 s’annonce particulièrement attendue, me concernant...

Marchant le long des quais illuminés, sentant l’ambiance d’un vendredi soir sur Terre,  je me hâte vers ces visages inconnus en terrasse, attendant le début d’une soirée prometteuse... Reconnaissant quelques figures, je me glisse discrètement à l’intérieur, commençant à sentir cette atmosphère musicale...






DustBowl_logo

met le feu aux poudres...

DustBowl


DustBowl est la première partie de la soirée. C’est avec évidence que Nicolas et Julien Cornolo, Fabien Laville à la basse et que Arnaud Richard à la batterie, se sont orientés, depuis leur création en 1997 vers un style plus « metal gothique » et de plus en plus « heavy ». Leurs influences sont nombreuses, ce qui leur donne une meilleure maturité. Remarquez au passage, que leurs goûts en matière musicale est très correcte : Audioslave, Nine Inch Nails, Tool, David Bowie, Radiohead, Soundgarden, Katatonia, The Gathering, Paradise Lost, A Perfect Circle, Metallica, Dream Theater... Leur style « Rock / Gothic / Electro » est donc complété par le « Heavy Cold Rock ».


DustBowl


Le public ne remplit pas encore la salle, et ne s’approche pas au plus près de cette petite scène bien connue des Nantais. Rien n’empêche à ces quatre musiciens de mettre une sacrée bonne ambiance. Et  c’est pour ma part, une réelle surprise ! Ces jeunes hommes sur scène sont bien présents et ne lâchent rien... En investissant toute la scène,  leur complicité et leur énergie s’en ressentent. C’est un groupe français très prometteur et  j’espère bien que pendant cette tournée anniversaire de The Old Dead Tree, ils trouveront un public encore plus enthousiaste que celui de Nantes. Lequel semblait un peu réservé mais ravi de les découvrir. Il n’en va pas moins que Guillaume Richard assure au chant et déborde d’énergie, ce qui devient alors communicatif à souhait ! Je dirai même que c’est tout le groupe qui se donne à fond et qui met le feu aux poudres !


G. Host & Fabien Laville (DustBowl)


Je vous somme sincèrement d’écouter ce groupe issu de Paris, et de façon attentive. C’est vraiment une jolie surprise que l’un de leur titre du nouvel album ait été composé spécialement par Manuel Munoz, le chanteur de The Old Dead Tree. Ils n’en sont pas peu fiers évidemment. Et ils ont raison, puisque la rythmique et le partage entre les deux chanteurs sont excellents ! Rien à reprocher donc à ces talentueux musiciens. En leur espérant une longue carrière méritée car leur présence scénique a été maîtrisée, tant au niveau du chant qu’au niveau des mélodies endiablées ! C’est avec plaisir et curiosité que je suivrai DustBowl... 


DustBowl


Je vous laisse contempler les superbes clichés de Mellie Valénat, en laissant voguer votre esprit musical... www.mellievalenat.com




Set-list DustBowl :

1) Silver
2) Ashes of Devotion
3) Thou shalt Suffer
4) Lost in Clarity
5) Offensive Coil
6) Solar Soul System





Melted Space_logo

Fusion d’artistes...

Black Messiah (Melted Space)


Après une pause installation et réglages nécessaires, voici que la deuxième partie s’enchaîne. Melted Space, ce groupe français de « metal opéra gothique », créé en 2007 par Pierre Le Pape, s’annonce enfin ! Il faut que je précise que divers et nombreux artistes, aussi compétents les uns que les autres, participent aux projets variés de son créateur.


Clémentine Delauney (Melted Space)


Mais voilà que cette scène paraît comme minuscule à l’arrivée de tous ses membres. Pressée et impatiente  je fus de les voir  jouer, puisque pendant l’installation les tests vocaux de cette demoiselle Clémentine Delauney m’avaient interpellée... Quelle ne fut pas ma surprise en la voyant arriver, prête à se donner à cent pour cent ! Cette muse noire, voilage noir et cheveux au vent, domine de par sa taille et son énergie. Les débuts de leur prestation semblent un peu périlleux mais le public paraissait ravi de les voir et  ils eurent un accueil chaleureux.


Brice Guillon (Melted Space)


J’ai été quelque peu déçue du début de leur set. Non pas que les musiciens jouaient mal, bien au contraire ! Les harmonies et les enchaînements étaient maîtrisés, même si les nombreux titres se suivaient rapidement, sans nous laisser reprendre notre souffle. J’ai été frustrée de ne pas bien entendre les paroles et donc de ne pas les comprendre, tout simplement... Même en concert, je trouve que c’est une chose vraiment importante, surtout lors de découvertes pour ma part. Ceci étant certainement dû, encore une fois, aux réglages de la salle.


Melted Space



Il n’en est pas moins que j’ai apprécié leur complicité et leur énergie. Pierre Le Pape, professionnel dans l’âme,  accompagnait parfaitement au synthétiseur cette  jeune chanteuse, qui a su séduire ce public nantais avec son sourire chaleureux. Nous n’avons manifestement pas à faire à des débutants sur scène. Voilà que Manuel Munoz, le chanteur de The Old Dead Tree, s’invite sur l’un de leur titre... Ce duo surprise enchante évidemment de par cette mélopée... toujours cette générosité et cette chaleur transmises au public, et aussi entre eux. Ils apprécient d’être là et prennent plaisir à partager leur passion.


Manuel Munoz & Clémentine Delauney (Melted Space)


Cependant, je restais sur ma faim... Mais pourquoi me direz-vous ? En tant que gothique passionnée, il me manquait un petit quelque chose qui me donnerait la chair de poule...  Nous arrivons à la moitié du set et malgré la chaleur de la salle, il me manque une ambiance particulière qui réchaufferait mon âme de glace...


Pierre Le Pape (Melted Space)


Voilà alors qu’un homme à la chevelure claire et bouclée s’annonce avec prestance et assurance ! La prestation de Black Messiah commence et fait monter l’ambiance encore un peu plus. Tel un sauveur  protégeant sa princesse dans la noirceur du destin, il se joint à cette troupe. Et là, je me demande avec beaucoup d’intérêt, pourquoi pas un duo avec cette muse noire ?? ... Excusez ma naïveté !! Mais j’ai volontairement évité de lire et d’écouter quoique se soit au sujet de ce groupe. Je souhaitais rester totalement neutre. Bref, mon souhait a été exaucé puisque, magistralement, les voilà tous les deux se donnant corps et âmes au public. Un couple théâtral et deux voix aux sonorités enchanteresses !


Gael Barthelemy (Melted Space)


Melted Space a pris plaisir à jouer ce soir-là, et le public l’a ressenti. Saluons au passage, chaleureusement, la prestation de Gaël Féret à la batterie, Adrien Martinot à la guitare et Brice Guillon à la basse. Souhaitons donc, à tous ces artistes, une longue carrière dans leurs projets musicaux respectifs.


Adrian Martinot (Melted Space)


J’ai été charmé par cet effet « metal opéra gothique » et je dois avouer que j’en attendais beaucoup, peut-être trop d’ailleurs... A ma grande surprise,  j’ai même établi une comparaison immédiate avec un autre groupe culte qu’on ne présente plus au public, et que j’affectionne énormément pour leurs anciens opus : Therion.


Pierre Le Pape & Black Messiah (Melted Space)


Serait-ce là le début d’une longue carrière prometteuse pour ce groupe composé d’artistes invités très variés ? Ce qui en fait inévitablement un groupe français hors-norme, mené d’une main de maître par un passionné, Pierre Le Pape.


Adrian Martinot & Clémentine Delauney (Melted Space)


Je vous laisse admirer les nombreux clichés théâtraux de Mellie Valénat...




Set-list Melted Space :

1) Return to the Land of the Forgotten (instrumental)
2) Dying Legend
3) They were Brothers (instrumental)
4) Si vis pacem...
5) Para Bellum
6) Apollon (instrumental)
7) When I was a God
8) Brother and Sister
9) Listen to your King
10) Solar Eclipse (instrumental)
11) This Immortal Love
12) War for the World
13) We are Gods of Ancient Times





The Old Dead Tree_logo

Célébration du Vieil Arbre Mort...

The Old Dead Tree

Pour ne citer que le leader : « ... Let’s try to cure The Nameless Disease »

The Old Dead Tree


La nuit fraîche d’automne est bien avancée, mais le public nantais diffuse sa chaleur crescendo... L’attente se fait palpable,  les esprits s’impatientent, les corps trépignent, les chuchotements montent... et ce ressenti est compréhensif car tous les fans de The Old Dead Tree qui suivent ce groupe français depuis le début de leur histoire en 1999, savent que cette nuit sera mémorable...

Rappelez-vous, pendant cette  année, ces deux jeunes hommes ambitieux que sont Manuel Munoz et Nicolas Chevrollier sortaient "The Blossom" avec seulement quatre titres. En 2003, s’en est suivi alors avec une maturité et une force d’avancer leur premier opus "The Nameless Disease". Cet album est pour eux, et pour les fans aussi, un album qui reste gravé dans les esprits, accentué par le fait qu’il soit un hommage explicite au premier batteur du groupe Frédéric Guillemot. C’est pourquoi, ils ont choisi de le jouer en intégralité cette année, ainsi que d’autres titres de leur carrière, pour fêter ce 10ème anniversaire. En 2005, suivra alors l’excellent "The Perpetual Motion", et en 2007 leur dernier opus "The Water Fields".


Manuel Munoz (The Old Dead Tree)


Les jeux de lumière apparaissent et les corps s’immobilisent pour enfin accueillir Manuel Munoz au chant et à la guitare, Nicolas Chevrollier à la guitare, Gilles Moinet à la basse et Raphaël Antheaume à la batterie ! L’énergie du public au premier abord semble aussi débordante que chaleureuse. Les mots sincères et les sourires touchants des deux leaders Manuel Munoz et Nicolas Chevrollier font chaud aux cœurs des fans,  parés pour l’évènement. Ce décor minutieusement disposé sur cette petite scène rapproche physiquement les musiciens, et augmente leur grande complicité.


Nicolas Chevrollier (The Old Dead Tree)


C’est avec empressement que je tends alors l’oreille sur ces riffs, ces rythmes et cette voix inoubliables... Je vous avouerai que cet ancien album est largement mon préféré et que c’est un réel bonheur de les entendre célébrer ses dix ans... Les voix sont parfaites, cette fratrie d’antan est scintillante et agréable comme les lumières de ces arbres posés sur scène... Les battements de mon cœur s’amplifient alors sur We cry as one et la course de mon sang  noir s’accélère...  Les mélodies et les différents timbres de voix sont parfaits, les harmonies des guitares et des basses accentuent les enchantements... Le tempo est donné, leur  jeu est sans conteste énergique, la chaleur va crescendo et les titres s’enchaînent aisément et avec plaisir. Ca balance et ça remue devant la scène !  A leurs pieds, les fans se donnent à fond, et l’énergie de tous investit ce lieu intime !


Nicolas Chevrollier & Manuel Munoz (The Old Dead Tree)


Laissez-moi vous préciser quelle mélancolie j’ai ressentie, me remémorant ces sons vibrants... Laissez-vous expliquer que mon cœur sombre s’est ralentit au maximum, parce que cet album se prête parfaitement à l’ambiance intimiste de cette salle, et parce que ce groupe français culte  ne fait pas dans la dentelle. Les têtes headbanguent et les corps se meuvent sans hésitation grâce à ces rythmes endiablés. Entre temps, It’s the same for everyone donne une bouffée d’air frais et nous laisse reprendre un peu notre souffle. Ce qui me laisse le temps d’observer ces musiciens, comme j’aime à le faire en concert ! Et je dois dire que c’est un bonheur de voir leurs regards complices parcourir ceux de la foule ! Ils sont en communion !


Gilles Moinet (The Old Dead Tree)


Somewhere else, ainsi que Joy and Happiness que j’adore s’enchaînent directement et tellement bien ! Des rythmes soutenus et endiablés encore une fois ! Quel bonheur cette énergie et quel plaisir de sentir la chair de poule oyant tous ces bons vieux riffs ! Quietly kissing death est aussi une de mes favorites... En fait, j’adore tout l’album !! Mais quel punch j’ai ressenti avec cette rapidité de sons qui pénètrent mes ouïes sensibles, et quel entrain !!! J’attendais All… avec impatience, bien-sûr parce que s’enchaîne logiquement un autre titre que j’adore par dessus tout : The bathroom monologue. Je n’ai plus de mots pour qualifier mon extase musicale à ce moment-là de la nuit, parce que mon être s’est réellement imprégné de toutes leurs mélodies, anciennes ou non... Je ne vais pas détailler tous les titres un par un parce que cet album est simplement excellent, et que l’entendre en intégralité en concert est franchement plus qu’appréciable ! Je garde un meilleur souvenir de cette soirée plutôt que leur prestation au Hellfest en juin dernier à Clisson, de par cette intimité avec le public. Cette foule conquise est simplement heureuse de les retrouver et de les écouter en concert. Certains s’attendaient apparemment à ce que ce soit plus « remuant »... mais sincèrement il faut être un très grand fan pour apprécier toutes ces mélodies doomesques et rythmées. Un enchantement intimiste et métallique qui résonne encore dans mes ouïes... Ces flots musicaux ont rythmés les battements de mon âme tout au long du concert. Rythmes tantôt rapides, tantôt mélancoliques...


Manuel Munoz (The Old Dead Tree)


N’ayant plus assez de qualificatifs satisfaisants, j’ajouterai simplement que leur humilité, leur disponibilité et leur gentillesse lors de leur rencontre après leur concert a été la touche finale de ma nuit, et un enchantement gravé dans ma mémoire...

Remémorez-vous cet arbre musical en visionnant les clichés de Mellie Valénat ci-après...





Décembre 2013,
Rédigé par Vivine Lilith.



The Old Dead Tree / Melted Space / DustBowl @ Tournée 2013



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...