vendredi 3 août 2012

Anna Ternheim – "Escape into my arms" (2008)


(Par Vlad Tepes)


Parution : Format : Label : Univers : Pays :
12 novembre 2008 Single Ternheim Music/Universal Music Pop complexe et atypique… Suède


Anna Ternheim – Escape into my arms (2008))
Track-list :

1) Escape into my arms











Line-up :

Anna Ternheim : Vocaux/Paroles.





Membres additionnels :

? : Chœurs.
? : Percussions.
? : Violon.
? : Violoncelle.
? : Banjo.
? : Programmations.



Dans la discographie d’Anna Ternheim, il demeure un opus que j’aime par-delà tous les autres, "Leaving on a mayday" (2008, Universal Music). En faisant quelques petites recherches concernant tous les objets entourant la sortie de cet opus, je suis tombé par hasard sur un single que peu d’individus possèdent, ce dernier ayant été distribué lors de la pré-commande de l’album : Escape into my arms.

L’objet est un simple promo-cd, se présentant donc sous la forme d’une pochette cartonnée. Si je décide de vous parler de cet objet, c’est non seulement par le souci du détail qui me caractérise mais aussi par le caractère atypique de ce morceau dans la carrière de l’artiste suédoise.


« I won’t hold the past against you
And I forgive you for the bad things you did to me
»


C’est dans une ambiance hivernale qu’Escape into my arms débute, modelé par l’alliance entre violon et violoncelle. Ces derniers insufflent une mélancolie contemplative à l’auditeur suspendu. Puis une certaine légèreté s’immisce dès l’apparition des percussions, tel un doux filet de lumière se déposant sur la neige.

Justement parlons-en de ces percussions, particulièrement étonnantes ! En effet, elles sonnent en rebond, aux sonorités presque antinomiques par rapport au sérieux de l’instant. Car leur tonalité pourrait paraitre quasi comique (mais uniquement lors de la première écoute). Car par la suite, elles se fondent incroyablement bien dans le décor musical, à mon plus grand étonnement. Evoquons également la présence de ce qui me semble être un banjo, contribuant à une certaine loufoquerie première.


« We could start all over »


Le contraste entre percussions et le couple violon/violoncelle est véritablement étonnant. Anna nous montre là que les opposés peuvent se fondre merveilleusement par le souffle sincère de l’artiste. Puis c’est au tour de la voix de notre fée suédoise de se poser sans crier gare, avec toute la douceur épurée dont elle sait si bien faire preuve.

Le refrain se permet de mettre en suspens tous les instruments. Seul le violoncelle se trouve autorisé à rester contempler le filet de voix d’une Anna soutenant la triste émotion, pure. Mais n’oublions pas de fins chœurs cachés juste derrière son épaule…

Un maigre silence clôt l’instant… timidement suspendu.


« Escape into my arms
Escape into my arms again
»


Tous les instruments se mettent de nouveau en place pour le second temps. Le climat semble s’être réchauffé quelque peu, la voix d’Anna nous ayant définitivement capturée dans ses filets d’éternité.

Aucune surprise n’est à signaler, car il s’agit ici d’uniquement se laisser porter, libéré cette fois-ci de l’état de surprise. Le contraste n’est plus, et seul subsiste une symbiose parfaite, une intrication à l’apparat pourtant si naturel, quasi instinctif.

Escape into my arms se clôture par la malice des percussions, aussi curieux que le sourire d’une petite fille après nous avoir tiré la langue…


« I give you my heart
I give you my heart again
»


Pour conclure, je conseillerai ce single à tout amateur d’Anna pour ce qu’elle a de plus inédit, de plus surprenant. Autrement dit, si vous aimez que notre fée suédoise vous prenne à contre-pied, investissez de ce pas dans cet objet, vous ne serez point déçus ! Par ailleurs, si vous êtes comme moi un inconditionnel de ″Leaving on a mayday″, il demeure très intéressant de se pencher sur ce titre premier, tranchant très nettement avec l’aspect très conventionnel d’un ″Separation road″ (2006, Universal Music).

A ceux qui ne voient pas ou peu l’intérêt d’acquérir un seul titre, dites-vous bien qu’il vaut bien mieux posséder une perle de 4 minutes plutôt que de suicider ses tympans à un médiocre album entier… non ? Bien entendu, cet argument perd pied dans le cas d’Anna car elle n’a jamais effectué de sortie médiocre. Et c’est ainsi que je reste convaincu que chaque composition de notre gracieuse suédoise vaut la peine d’être entendue et dénichée, car le talent y demeure une constante. De plus, Anna a le don de savoir surprendre, de toujours nous offrir un recoin bien caché de son être… ce qu’Escape into my arms représente lui aussi.

Collectionneurs mélomaniaques, à vos marques… prêt… feu… partez !!


« And if the city lights keep you warm the streets all night
I will keep you safe for always
»


Juin/Août 2012,
Rédigée par Vlad Tepes.



Anna Ternheim


Liens

Facebook
YouTube


Où se procurer l’objet ?

Discogs



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...