samedi 6 novembre 2010

Knut / Shining / Crankset / Comity - Live Paris (25/10/2010)



Knut / Shining / Crankset / Comity

Blackjazz for the mass...

(par Vlad Tepes)




Moment : 25/10/10.
Lieu : La Maroquinerie (Paris 20ème).



Ah quel bonheur que les bouchons parisiens, permettant d’arriver toujours à l’heure… L’ironie première passée, me voici arrivé à la Maroquinerie à la fin du set de Comity, sorte de post-hardcore à la croisée du doom et d’un groupe comme Neurosis. Je n’aurais eu que trop peu de temps pour rentrer dans la prestation, mais certaines notes se sont avérées d’une grande justesse, malgré une voix qui m’a semblé décalée : trop brute, et manquant de finesse par rapport à l’instrumentation. Un groupe à voir en live malgré tout.

Puis c’est au tour des clermontois de Crankset d’investir la scène, non sans provoquer chez moi des réticences premières. Mais l’appréhension d’un set trop hardcore (au sens classique du terme) se sera vite envolée. Car Crankset propose une musique hybride et assez difficile à cataloguer. Une fois de plus, c’est l’instrumentation qui aura retenue mon attention, au détriment d’une voix qui m’aura peu touché. Malgré quelques imperfections, on sent un véritable désir de recherche, pour proposer une musique non linéaire. Ainsi, les compositions se trouvent marquées d’un certain nombre de ruptures, et le jeu de batterie est celui qui aura pris le plus de relief, avec certaines parties d’une grande énergie.



C’est à présent à la Norvège de conquérir la Maroquinerie, ce pourquoi je me suis déplacé ce soir. Et il ne fallait pas se tromper, car le Shining suédois passait à Paris même le lendemain soir. Le Shining norvégien donc se prépare, montrant un Jorgen Munkeby déjà bien en forme. On sent d’emblée chez lui une énergie prête à exploser. Première surprise me concernant : une large frange du public semble être là pour eux, malgré le style particulièrement atypique des norvégiens. Maintenant que tout semble en place et que la tension monte d’un cran, la blackjazz deathtrance peut à présent commencer…


Shining (Norvège)


Le show commence de manière virulente avec les deux morceaux les plus efficaces de Blackjazz, à savoir "The madness and the damage done (part 1)" et "Fisheye". Premier constat : l’épreuve du live fait perdre à ses deux morceaux un peu de puissance, de part le manque de la production assez exceptionnelle et surboostée de Blackjazz. De plus, il est nécessaire un certain temps d’adaptation pour acclimater son oreille à cette musique si complexe, ce qui sera manifeste sur scène. En effet, Shining joue vite, très vite !


Shining (Norvège)


Mr Munckeby annonce la tonalité du concert de ce soir : « In a country filled with metal, we bring you jazz ! ». Après un retour en arrière sur l’album précédent, Shining revient rapidement sur Blackjazz, qui on le sent bien reste l’opus que le groupe cherche à promouvoir et mettre en avant. Vont alors s’enchainer les deux parties d’"Exit sun" ainsi qu’"Helter skelter" (agrémenté d’une improvisation en préambule). Et c’est bien cette partie du concert qui m’aura le plus marqué, avec un son limpide (autant que faire se peut étant donné le style pratiqué). C’est lors de ces deux morceaux (trois si l’on tient à être excessivement pointilleux…) que Shining s’est grandement lâché, laissant déborder leur technique impressionnante et leur déboussolante rapidité d’exécution. Car autant dire qu’il s’agissait d’être très attentif à chaque note jouée, sous peine d’être vite totalement largué.


Shining (Norvège)


Le concert se terminera par l’illustre cover de King Crimson, "21st century schizoid man", sous l’acclamation d’un public manifestement connaisseur. Et un regain d’énergie va se faire sentir, grossir puis imploser dans la fosse, provoquant un bon pogo. J’aurais ainsi eu la chance d’assister pour la première fois de ma vie à un pogo jazzy, ce qui peut-être ne se reproduira plus jamais ! Ainsi, le concert de Shining se terminera en apothéose, laissant aussi bien le public que les musiciens le sourire aux lèvres. Mr Munkeby sera le plus expansif, serrant des mains à tous ceux qui lui sont apparus le plus investis durant le show, en signe d’une reconnaissance certaine.


Shining (Norvège)


Ce concert de Shining aura je pense mis tout le monde d’accord, à savoir qu’ils pratiquent une musique très technique mais ne manquant pas de feeling (la cover de King Crimson étant assez claire sur le sujet). Mais il faut malgré tout avoir les oreilles bien accrochées, car le style qu’ils pratiquent conserve son opacité sur scène, et tout le monde ne pourra pas apprécier ses déflagrations rythmiques et l’aspect profondément loufoque (dû au crossover que constitue leur musique). Malgré tout, que l’on aime ou pas le Blackjazz du groupe, il est intéressant de tenter l’expérience, au moins pour prendre connaissance d’un univers aussi racé que barré. En espérant que pour le prochain passage français, Shining puisse être la tête d’affiche (ce que je me suis fait un plaisir de souligner au responsable du merchandising du groupe).
Lancez-vous dans la fosse aux lions métalliquement jazzy !!


Shining (Norvège)




Set-list Shining :

1) The madness and the damage done (part 1)
2) Fisheye
3) The red room / In the kingdom of kitsch you will be a monster
4) Exit sun (part 1/part 2)
5) Helter skelter
6) 21st century schizoid man (King Crimson cover)


Malheureusement je ne pourrais pas vous parler de Knut, que j’ai volontairement décidé d’amputer ce soir, étant bien trop terrassé par la prestation norvégienne…


Novembre 2010,
Rédigé par Vlad Tepes.



Knut / Shining / Crankset / Comity @ La Maroquinerie 25/10/2010



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...