samedi 15 janvier 2011

Avrigus - "The Secret Kingdom" (2001)


(Par Lucy Dayrone)


Parution : Format : Label : Univers : Pays :
Avril 2001 LP Hammerheart America Romantic Ambiant Australie


Avrigus -
Track-list :

1) Overture
2) Solitude / Salvation
3) Dark Angels’ Ascension
4) Veritas
5) Qliphoth
6) Desolate
7) Flesh
8) ‘Til Death Do Us Unite
9) Shade Of My Heart
10) The Grail

Line-up :

Simon Gruer : Guitares, basse, batterie et claviers.
Judy Chiara : Vocaux, piano.
Membres additionnels :

Aucun.



The Secret Kingdom n’est rien d’autre qu’un hymne au Romantisme.

La délicieuse recette du manteau de la Mort sur son lit de solitude se marie de merveille lorsque l’ambiance se feutre d’une flamme importée des Enfers… et ce met macabre arrosé d’un vin tout aussi carmin que le sang d’une vie qui s’éteint, va sans doute ravir les papilles musicales des plus torturés.


Ce premier album qui découla d’un prometteur EP "The Final Wish" est une bulle de bien-être pour les adeptes de la pensée macabre pour peu que l’on s’intéresse aux textes ; en tout cas, une réussite musicale quant aux fans du genre ambiant, dark, gothique.

On aurait pu souhaiter une glorieuse ascension à Avrigus avec ce riche album, pourtant le Destin a voulu qu’il n’en soit pas ainsi. Leur label de l’époque, Hammerheart America, n’a tout simplement pas respecté le contrat et une histoire de royalties impayées a tâché cette album comme une indélébile souillure.


Si cet album souffre d’une musique lancinante, de suppliques plus que de prières, il dû porter un énième sentiment : la trahison. Car Avrigus a été trahit par son label. Toutefois, et à la joie des porte-monnaie, le groupe décida que s’il ne devait recevoir aucun salaire pour leur peine, il l’offrirait ni plus ni moins. L’album a donc été mis en téléchargement libre sur le site officiel du groupe et désormais sur un site de téléchargement. Il en sera toujours ainsi.


Les anges déchus d’Avrigus ont tout de même débarqués dans certaines demeures, leurs ailes encore recouvertes de fibres de nuages, de pluie, d’éternité.


Le piano joue un rôle essentiel tout au long de l’album, les intros s’en trouvent parées d’un diadème cristallin qui explose lorsque les cordes de la guitare s’électrisent et tranchent les samples des claviers. Ce que j’aime particulièrement, c’est l’écho, peut-être excessif, sur toute la bande son, hors voix. Cela donne une profondeur, un flou, comme une plongée en eaux troubles, mais délicieusement chaude… Comme la voix de Judy, un miel vocal capable de engluer les plus récalcitrants tympans. Pas de lyrisme, d’aigus fous, de graves monocordes, mais une voix dont la chaleur agit sur nous comme le souvenir d’un rêve.


Les mélancoliques mélodies que les titres "Veritas" ou "‘Til Death Do Us Unite" savent illustrer avec une dangereuse douceur, sont des éclats de pure solitude jonchant le sol d’une mine de tristesse déjà creusée par nombres de groupes proposant ce style, comme The Sins Of Thy Beloved. Seulement ces éclats sont d’une appréciable rareté et valent leur pesant d’or pour l’oreille du Romantique.

D’autres mélodies plus rythmées sont des chœurs prêts à atteindre le Paradis comme l’Enfer, à travers des textes en anglais littéraire, poétiques et sombres, traitant de la Mort. Non pas du passage final, mais de ses longs préliminaires, de son entrée en scène, de l’éreintante et langoureuse valse qui conduit jusqu’au trépas, figeant sur les stèles un instant de rêve, une vie passée, un amour laissé…


La pochette de l’album est d’ailleurs très parlante à ce sujet. Une allée d’arbres endormis sous la neige, le froid, l’infinitude blanche d’un horizon où l’inconnu récoltera les fruits de toute une gloire matérielle… bien avant ce hublot de bronze, comme un judas sur notre front, qui refuse de mentir en masquant la vérité : tout passe.

Tel est le message de The Secret Kingdom. La vie, brève, où seul ne compte que l’amour profond, la vérité, l’abandon de soi à l’autre, la sérénité face à la mort, l’assurance qu’au-delà, nous serons à nouveau réunis.


Cet album se veut être un alliage de musique et de mots, pour ne faire qu’une seule et même langue.

Peut-être apprendrez-vous ce langage doucereux qui emporta alors votre âme dans un tourbillon mélodique propre à l’inspiration créative, pour laisser derrière soit des miettes de rêves, témoins du royaume secret que nous avons tous en nous. The Secret Kingdom.


Janvier 2011,
Rédigée par Lucy Dayrone.



Avrigus


Myspace

www.myspace.com/avrigus


Où se procurer l’objet ?

Amazon



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...