samedi 11 décembre 2010

Carach Angren - "Lammendam" (2008)


(Par Lucy Dayrone)


Parution : Format : Label : Univers : Pays :
Avril 2008 LP Maddening Media Metal Horrifique Pays-Bas


Carach Angren - Lammendam (2008)
Track-list :

1) Het Spook van de Leiffartshof (Intro)
2) A Strange Presence Near the Woods
3) Haunting Echoes From the Seventeenth Century   YouTube
4) Phobic Shadows and Moonlit Meadows
5) Hexed Melting Flesh (Bridge)
6) The Carriage Wheel Murder
7) Corpse in a Nebulous Creek
8) Invisible Physic Entity (Bridge)
9) Heretic Poltergeist Phenomena
10) Malediction de la Madame Blanche

Line-up :

Seregor : Vocaux, guitare.
Ardek : Claviers, arrangements, seconde voix.
Namtar : Batterie, production.
Membres additionnels :

Aucun.




"On a déjà entendu ça".
C'est ce que de nombreuses personnes diront en écoutant Lammendam, la première fois. Il est vrai qu'il se dégage une atmosphère très Cradle Of Filth, parfois on croirait même entendre le cri aigu de Dani...
Cet album, le tout premier de Carach Angren après deux EP prometteurs où le groupe cherchait encore son chemin, se révèle être le véritable début d'une série de contes macabres où la musique emprunte des rails non inconnus. En effet, Carach Angren s'inspire de grands prédécesseurs du black metal, cela se sent mais la touche est là, la promesse est dite.

Je conseille vivement d'écouter Lammendam plusieurs fois, de vivre l'histoire de l'introduction à la dernière chanson, en saisissant toutes les subtilités des sons, des notes, la programmation des effets pour recréer une ambiance de forêt mystérieuse, la peur, le souffle d'un fantôme... mais aussi d'écouter les paroles (j'ai traduit l'album, que vous pourrez trouver sur le site Carach Angren [en français].

jeudi 9 décembre 2010

Betray My Secrets - "Betray My Secrets" (1999)


(Par Lucy Dayrone)


Parution : Format : Label : Univers : Pays :
Juillet 1999 LP Serenades Records Metal Atmosphérique Allemagne


Betray My Secrets - Betray My Secrets (1999)
Track-list :

1) Shamanic Dream
2) Ever Expanding Eternity
3) God And Me
4) Oh Great Spirit
5) Of Things Not Seen   YouTube
6) Desert Dance
7) Forgive Them
8) Little Wanderer
9) From The Goddess
10) Save My Belief
11) Untitled 1
12) Untitled 2


Line-up :

Stefan Hertrich : Vocaux.
Christian Bystron :Guitare.
Harald Winkler :Batterie.

Membres additionnels :

Yana Veva : Vocaux féminins.




Fermez les yeux, laissez-vous emporter...
Stefan Hertrich vous emmène dans des univers spirituels appartenant aux Indiens d'Amérique, aux païens, Indous et autres peuples dont la spiritualité est un art de vivre.

Yana Veva, chanteuse en session, possède une voix tout droit sortie de la world music, qui couvre cet album d'un voile ethnique absolument divin.
Les choeurs qui se joignent au tout sont comme des invocations sacrées, de magiques incantations que soutiennent une guitare tantôt discrète puis soudainement révoltée.

mercredi 8 décembre 2010

Katra - "Beast Within" (2008)


(Par Lucy Dayrone)


Parution : Format : Label : Univers : Pays :
Août 2008 LP Napalm Records Metal Symphonique Finlande


Katra - Beast Within (2008)
Track-list :

1) Grail of Sahara
2) Forgotten Bride
3) Beast Within   YouTube
4) Fade to Gray
5) Swear lyrics
6) Promise Me Everything
7) Mystery
8) Flow
9) Scars in My Heart
10) Storm Rider
11) Mist of Dawn
12) Kuunpoika (cover Mecano)


Line-up :

Katra Solopuro : Vocaux.
Teemu Mätäsjärvi : Guitare.
Kristian Kangasniemi : Guitare.
Johannes Tolonen : Basse.
Matti Auerkallio : Batterie.
Membres additionnels :

Aucun.






Un beau remake

C'est cet album que je choisis de chroniquer et pourtant, il existe le même... dans une autre langue ! Mais celui-ci, étant l'aboutissement final, a dirigé mon choix quand à ma chronique.
En effet, avant de sortir Beast Within, Katra avait sorti ce premier album, portant le nom du groupe, en tout cas celui de sa séduisante chanteuse lyrique, Katra Solopuro.
Cette dernière souhaitant enregistrer des chansons sur un album, s'est entourée de quelques musiciens pour mener à bien ce projet, qui vit le jour en 2007 chez Edel, soit un an avant de signer chez Napalm Records et donner naissance à l'album Beast Within, en 2008.

Cet album n'est qu'une reproduction du premier, pas vraiment fidèle car la track-list a été modifiée et les chansons ont été traduites en anglais (pour le besoin commercial ?) hormis cette cover rajoutée à la fin, une très belle traduction finlandaise de "Hijo De La Luna" du groupe Espagnol Mecano.

jeudi 2 décembre 2010

Tiamat / Melechesh - Live Paris (30/11/2010)



Tiamat / Melechesh

Church of Tiamat...

(par Metallic)




European Tour 2010
Moment : 30/11/10.
Lieu : Le Trabendo (Paris 19ème).



Tiamat / Melechesh @ Le Trabendo, Paris 30/11/2010




Melechesh_logo


samedi 27 novembre 2010

Carach Angren


Carach Angren_logo



(Par Lucy Dayrone)


Parfait trio

Parfois, il suffit d'une belle alliance pour que naisse quelque chose dont la beauté nous échappe, nous laisse pantois et grisé d'émotion.
C'est ce qui s'est passé pour Carach Angren, groupe Hollandais, une alliance de talents et une passion commune.
Il y eut Dennis, au chant du groupe Acrenia, plus tard connu sous le nom de Inger Indolia, qui intégra ensuite Vaultage. Deux autres membres intégreront ce groupe : Ivo à la batterie et Clemens aux synthétiseurs.
En 2003, Vaultage disparaît au profit de Carach Angren, qui signifie "mâchoires de fer" en Sindarin, langage elfique inventé par le très célèbre J.R.R. Tolkien.
Trois membres constituent ce groupe : Dennis, désormais connu sous le nom de Seregor, Clemens devient Ardek et Ivo choisi Namtar.
L'alliance est créée, les bases sont sûres, le groupe peut débuter son ascension dans le monde du metal.

lundi 22 novembre 2010

Paradise Lost / Samael / Adagio - Live Paris (19/12/2009)



Paradise Lost / Samael / Adagio

Death unites us...




Texte, photos et vidéos : Vlad Tepes.
Photos : Metallic.



"Faith Divides Us - Death Unites Us Tour 2009"
Moment : 19/12/09.
Lieu : Elysée Montmartre (Paris 18ème).


Paradise Lost + Samael + Adagio @ Elysée Montmartre, Paris 19/12/2009


C’est par une journée glaciale que je décide d’investir la capitale française pour revoir Paradise Lost, groupe légendaire qui donna naissance à ce que l’on nomme aujourd’hui "métal gothique". Le concert qui se prépare est un peu un anniversaire pour moi car j’avais découvert scéniquement le groupe il y a maintenant dix ans, en octobre 1999 dans ce même Elysée Montmartre. Autant dire que je trépigne d’impatience…

Enfin j’arrive devant ce lieu mythique qu’est l’Elysée Montmartre, où je rejoins la maigre poignée de fans déjà présents. Et c’est parti pour deux longues heures d’attente dans le froid et la glace…


18h enfin et j’entre dans le lieu, direction le premier rang gauche (que je ne réussirais à atteindre qu’à partir du second groupe). Première prestation de la soirée avec les français d’Adagio, pratiquant un heavy métal néo-classique des plus ennuyeux. Très bien exécutée, leur musique ne me fera rien ressentir, car bien trop similaire à tant d’autres formations du même genre. Le groupe tente de tirer son épingle du jeu en incluant des passages "dark" avec un peu de chant black (qui n’est nullement maîtrisé) et un passage en blast-beat (franchement ridicule, et digne de n’importe quel groupe de métal extrême qui n’a jamais dépassé le stade de la démo…). Pour résumer là-dessus, Adagio devrait se contenter de faire ce qu’il sait faire, à savoir du heavy métal pur-jus. Mais surtout, qu’ils nous épargnent leurs passages soi-disant sombres…


L’ambiance monte d’un cran avec les suisses cultes de Samael, vraiment motivés à en découdre ce soir !

dimanche 21 novembre 2010

Inner Shrine


Inner Shrine_logo



(Par Lucy Dayrone)


Un peu d'histoire...

Inner Shrine se compose de deux membres officiels : Luca Liotti et Leonardo Moretti, qui ont créé le groupe en 1995.
Tout deux sont au chant mais le premier est à la guitare et;le second à la basse. Deux musiciens de talent gérant de concert la programmation et composition des musiques, toutefois c'est Leonardo Moretti qui écrit l'intégralité des paroles et Luca Liotti qui compose la musique.
En 1996, la démo simplement nommée Promo 1996 est réalisée avec l'aide de cinq autres musiciens : Claudio Tovagli à la batterie, Pierfrancesco Cigliana au clavier, Claudio Canneti à la guitare rythmique et pour l'artwork, ainsi que Cecilia Boninsegni, soprano et Sara Galleni pour la voix féminine.
A l'époque, l'union du doom, death, black metal et rock progressif avec une voix soprano était tout à fait innovant.

C'est ainsi qu'en 1997, toujours avec le même line-up, ils signent alors l'année suivante chez DragonHeart Records, un label italien, et sortent leur tout premier album Nocturnal Rhymes Entangled In Silence, qui contient trois chansons de la Promo 1996.

Ancienne partisane : Lucy



Lucy Dayrone
~ Icefull ~

Lucy Dayrone



bouton_site perso
bouton_facebook
bouton_youtube
bouton_email



mercredi 10 novembre 2010

Devil’s Bride / Children of Doom / Voodoo Planet - Live Rouen (12/12/2009)



Devil’s Bride / Children of Doom / Voodoo Planet

Masks of doom...

(par Vlad Tepes)




E-day - 1112
Moment : 12/12/09.
Lieu : Emporium Galorium (Rouen, 76).



En cette froide nuit de décembre, c’est vers un autre repaire de passionnés de doom que je me dirige, à savoir Rouen ! Car la ville commence à compter beaucoup de groupes dans ce genre musical : Ataraxie, Funeralium, Fatum Elisum, Devil’s Bride

Volontairement, je vais évoquer ici les groupes dans l’ordre inverse de leur apparition scénique. La soirée s’était donc achevée par Devil’s Bride, vu précédemment au Rotomagus Doomicus Metallicus, festival rouennais de doom. Ils pratiquent un heavy doom des plus intéressants, même si très clairement ancré dans la tradition d’un Black Sabbath, tout comme d’un Cathedral. Du coup, la nomination de "doom traditionnel" leur va à ravir. Mention spéciale au vocaliste qui maitrise très bien son art, même s’il manque encore quelque peu de présence scénique (détail qui sera facilement corrigé par la suite). Sans m’avoir transcendé, leur musique fait quand même très plaisir à entendre, et il apparait évident que leur avenir musical sera intéressant.

samedi 6 novembre 2010

Knut / Shining / Crankset / Comity - Live Paris (25/10/2010)



Knut / Shining / Crankset / Comity

Blackjazz for the mass...

(par Vlad Tepes)




Moment : 25/10/10.
Lieu : La Maroquinerie (Paris 20ème).



Ah quel bonheur que les bouchons parisiens, permettant d’arriver toujours à l’heure… L’ironie première passée, me voici arrivé à la Maroquinerie à la fin du set de Comity, sorte de post-hardcore à la croisée du doom et d’un groupe comme Neurosis. Je n’aurais eu que trop peu de temps pour rentrer dans la prestation, mais certaines notes se sont avérées d’une grande justesse, malgré une voix qui m’a semblé décalée : trop brute, et manquant de finesse par rapport à l’instrumentation. Un groupe à voir en live malgré tout.

Puis c’est au tour des clermontois de Crankset d’investir la scène, non sans provoquer chez moi des réticences premières. Mais l’appréhension d’un set trop hardcore (au sens classique du terme) se sera vite envolée. Car Crankset propose une musique hybride et assez difficile à cataloguer. Une fois de plus, c’est l’instrumentation qui aura retenue mon attention, au détriment d’une voix qui m’aura peu touché. Malgré quelques imperfections, on sent un véritable désir de recherche, pour proposer une musique non linéaire. Ainsi, les compositions se trouvent marquées d’un certain nombre de ruptures, et le jeu de batterie est celui qui aura pris le plus de relief, avec certaines parties d’une grande énergie.

Fatum Elisum / Eibon / Ode to Decay - Live Rouen (28/05/2010)



Fatum Elisum / Eibon / Ode to Decay

Deep deep down...

(par Vlad Tepes)




A Cosmic and Aesthetic Death Night
Moment : 28/05/10.
Lieu : Emporium Galorium (Rouen).



Nous sommes le vendredi 28 mai et je m’apprête une fois de plus à rejoindre la doomesque citée rouennaise pour assister à ma seconde prestation de Fatum Elisum. Ces derniers avaient clôturés le Rotomagus Doomicus Metallicus en avril 2009 (dans des conditions quelque peu difficiles), et j’étais resté sur ma faim. En effet, leur musique avait été loin de m’avoir laissé dans l’indifférence…

Me voici donc arrivé à l’Emporium Galorium que je finis par bien connaître maintenant ! Les death métalleux de Fractal Gates sont remplacés ce soir au pied levé par Ode to Decay, formation black métallique havraise comprenant en ses rangs le vocaliste de Devil’s Bride. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le rythme s’avère soutenu ! Malheureusement, un son quelque peu brouillon ne me permettra pas de rentrer plus en avant dans leur univers. Pourtant, les compositions sont travaillées et le rendu technique relativement carré. A revoir dans de plus propices conditions…

Eibon, le second groupe de la soirée, viendra nous asséner les tympans avec leur sludge. Des narrations d’empoisonnement de chatons (hé hé) m’auront fait manquer la plus large partie du set. Et je n’aurais donc eu que très peu de temps pour m’approprier la musique du groupe, présentant selon moi un manque de relief. Malgré tout, quelques passages rythmiques feront mouche, mais l’enthousiasme sera vite retombé de mon côté.

vendredi 15 octobre 2010

dimanche 3 octobre 2010

Paradise Lost - "One Second" (1997)


(Par Vlad Tepes)


Parution : Format : Label : Univers : Pays :
Juillet 1997 LP Music For Nations Rock Gothique Stylé Royaume-Uni


Paradise Lost - One Second (1997)
Track-list :

1) Say Just Words   YouTube
2) One Second   YouTube
3) Lydia
4) Mercy
5) Soul Courageous
6) Another Day
7) The Sufferer
8) This cold Life
9) Blood of Another
10) Disappear
11) Sane
12) Take me down

  • I Despair (digipack limité ; MFN, 1997)


Line-up :

Nick Holmes : Vocaux.
Gregor Mackintosh : Guitare lead.
Aaron Aedy : Guitare rythmique.
Stephen Edmondsson : Basse.
Lee Morris : Batterie.

Membres additionnels :

Gregor Mackintosh : Chœurs.
Sanko : Chœurs / Claviers / Samples / Programmations.
Stephan Brisland-Ferner : Violon / Cordes.


Nous sommes en 1997 : Paradise Lost demeure un groupe acclamé et reconnu comme l’un des plus importants d’alors. On pourrait presque dire que le groupe est à la mode, tant Draconian times a emballé tout le monde ! Autant dire que s’il avait voulu, le groupe aurait pu poursuivre dans cette voie et composer des albums de métal gothique racé. Mais la tournée de Draconian times fut longue, très longue même. Et Paradise Lost est un groupe qui se voit fatigué à l’issue de tout ça, voir même lassé du style qu’il pratique depuis 1993 maintenant. En effet, Icon et Draconian times sont deux faces du même style, et nos anglais ont pris l’habitude de faire évoluer continuellement leur musique. La lassitude les poussera à changer d’autant plus brutalement de direction musicale. En somme, leur situation peut tout à fait s’apparenter à celle de Radiohead après la sortie d’Ok computer. Car dans les deux cas, le trop grand succès médiatique risquait de faire engouffrer les deux groupes dans un style trop défini, et de les enfermer dans une démarche trop prévisible. Or les artistes doivent rester libres pour pouvoir créer, et être affranchis d’une trop grande pression de la part du public.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...