vendredi 20 janvier 2017

Cowards - "Still" (EP 2016)


(Par Inquisitor)


Parution : Format : Label : Univers : Pays :
2 décembre 2016 EP Deadlight Entertainment (digipack)
Throatruiner Ṙecords (45 tours)
Hardcore/Grind/Black France


Cowards - Still
Track-list :

1) Still (Paris Most Nothing)
2) Let Go
3) Like Us
4) You Belong to Me (cover The Police)
5) One Night in Any City (cover The Horrorist)



Line-up de l'EP :

Thibaut A. : Guitare.
Julien H. : Chant.
Guillaume T. : Basse.
Adrien L. : Guitare.
Cédric L. : Batterie.

Membres additionnels :

Matthias Jungbluth (Fange) :
Chant (sur Like Us).





Lorsque j'ai commencé à écrire cette chronique, une étape qui me prend d'habitude quelques secondes, m'a ici fait réfléchir pendant deux bonnes minutes.
« Univers : Hardcore/Grind/Black »

On peut difficilement faire moins exhaustif lorsqu'on parle de la musique de Cowards, tant celle-ci pioche dans une myriade de styles. Il est assez compliqué d'expliquer l'expérience qu'est ce groupe, c'est pourquoi je vous invite d'autant plus à aller écouter l'EP sur leur Bandcamp. Et surtout, allez les voir sur scène.

Cowards


J'ai découvert la formation en travaillant avec eux il y a quelques mois. Je devais sonoriser une date dans un bar tourangeau, trois groupes y participaient dont Cowards qui faisaient office de tête d'affiche. Equipé en tout et pour tout d'une seule pauvre enceinte (la deuxième était déjà flinguée avant même le début de la soirée), j'ai assisté impuissant à un déluge sonore dans une salle minuscule qui semblait s'écrouler un peu plus à chaque mesure tant le combo parisien jouait fort. C'en était douloureux, mais aussi tout à fait fascinant. Le public transpirait, la pierre suintait et le carrelage était devenu dangereusement glissant. Il saignait. Nous saignions tous. Je ne sais pas combien de temps cela a duré.
Quand ce fut terminé, je me suis aperçu que je me sentais bien. Exténué.

Une catharsis extrême. Une cure de désintoxication à coups de pied de biche. Cowards, c'est cet intello binoclard maltraité tous les jours par le même petit con, et qui finit à la une du JT un soir d'automne. "Still" est la bande-son de l'éventuel biopic de Jacqueline Sauvage.

On retrouve dans cet EP des structures rythmiques absurdes, un chant crié définitivement hardcore et des guitares distordues à l'extrême. Cowards lorgne parfois vers le Noise avec ses larsens ultra-stridents et sa basse lourdissime. Sans oublier l'ambiance malsaine propre au Black, des sonorités que n'auraient pas reniées Arkhon Infaustus.

Cowards

Cinq titres, dix-huit minutes et quarante-cinq secondes de maltraitance sonore. "Still" se veut rapide et concis, pour rester efficace. Alternant entre low tempos sismiques et accélérations, Cowards jouent sur plusieurs registres. Et pour fermer l'EP, un petit conte moderne qui, je vous le donne en mille, ne se finit pas de la meilleure des façons. On remarque d'ailleurs la présence de deux reprises sur l'EP, en la présence de You Belong to Me et One Night in Any City. La première est un « léger » arrangement du tube du groupe de Rock anglais The Police, alors que la seconde est bien plus proche de l'originale. En reprenant ces deux compositions, Cowards prouvent qu'ils peuvent s'approprier une œuvre... et la salir à outrance. Vous pensiez que Every Breath You Take était une jolie petite balade rock ? Penchez-vous un peu sur les paroles. Quant à One Night in New York City... Les événements semblent prendre une toute autre tournure que dans l'originale par The Horrorist. Par les choix des morceaux, on comprend alors que les influences de la musique de Cowards est bien plus vaste qu'on ne l'imaginait.

L'être humain et la souffrance psychologique semblent être les sujets favoris de nos amis parisiens... Et, pour ne rien laisser au hasard, "Still" est illustré par un excellent dessin (Camille Blanchemain) qui s'accorde à merveille avec l'univers de Cowards. Désespoir, fatalité, violence.

Quatrième sortie d'une formation déjà bien rodée, "Still" est un disque tout à fait respectable mais on sent que le quintet en a encore sous la pédale. On a envie que Cowards aille plus loin encore dans la brutalité, dans la noirceur et dans l'expérimentation. Le groupe a pris la bonne direction, mais j'espère qu'ils continueront à creuser, plus profond encore.


Janvier 2017,
Rédigée par Inquisitor.



Cowards


Liens officiels
Où se procurer l’objet ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...